PSG: «Je l'ai trouvé très adroit au point», la folle histoire derrière la partie de pétanque de Nasser Al-Khelaifi

FOOTBALL Mardi, avant le match de Paris à Lorient, le président du PSG s’est offert un peu de bon temps. « 20 Minutes » a mené l’enquête sur l’un des plus grands mystères du 21e siècle…

La cellule investigation composée de J.L, B.V, B.B et N.C

— 

La photo de Nasser Al-Khelaifi en train de joueur à la pétanque
La photo de Nasser Al-Khelaifi en train de joueur à la pétanque — DR/Servane Casanova

Quatre-vingt-sept appels téléphoniques à des gens morts ou pas concernés, 178 onglets Web ouverts en même temps, un bon libanais bien gras à midi, beaucoup de courage, et quatre hommes mobilisés à plein-temps sur l’affaire. Voilà, à la louche, les ressources déployées par la rédaction des sports de 20 Minutes pour résoudre, depuis Paris, le dossier secret « Nasser Al-Khelaïfi joue à la pétanque quelque part autour de Lorient ». C’est qu’il fallait s’assurer de damer le pion à Mediapart et Cash investigations, eux aussi sur le coup.

Moonwalk. Il est 11h30 quand la bombe tombe. Une photo du Télégramme.fr, impliquant le président du PSG et deux valeureux boulistes du dimanche (enfin du mardi en l’occurrence) sur le bord de mer de Ploemeur, à quelques heures de la demi-finale de Coupe du France entre Paris et Lorient. On connaissait le Nasser Al-Khelaïfi tennisman, mais on ignorait la passion dévorante du Qatari pour la pétanque. Pourtant, c’est bien lui qui a demandé à ceux qui l’accompagnaient de jeter une ou deux boules après un bon repas au restaurant Le Vivier, « la destination où tous les plaisirs ont la vue sur la mer ». Laurent Spatafora, le maître d’hôtel raconte la scène :

« Il est venu manger chez nous accompagné de quatre personnes. A la fin, il a demandé au patron si quelqu’un pouvait lui prêter des boules parce qu’il avait vu un terrain sur le chemin et que ça lui avait donné envie. Moi, je me suis proposé, parce que je joue souvent et que j’ai toujours une ou deux triplettes dans la voiture. Je les ai données à une sorte d’assistant et ils sont partis avec. Bon, j’avais confiance, hien. J’ai bien fait, le président Al-Khelaïfi a tenu à savoir mon nom, et il m’a rendu mes boules avec un petit cadeau : un maillot de David Luiz. »

>> A lire aussi : Alléluia, Marco Verratti est apte pour disputer la finale PSG-Lille

Avant de passer à la suite, nous en profitons pour chaudement remercier Laurent. Sans lui, on en serait encore à notre désespoir de la mi-journée, quand le goût sucré du baklawa ne pouvait plus masquer l’odeur de l’échec dans nos désirs d’en savoir plus sur le ratio « tirs à la raf/carreaux en place » de Nasser Al-Khelaïfi. Extraits de la conversation :

- « Bon les gars, on NE PERD PAS ce match. Il nous reste quoi à tenter ? On a essayé la personne qui a pris la photo ? L’asso du club de boules ?

- On est dessus. Par contre, l’asso, ça sent la coquille vide. Les boulistes de Courégant sont en conflit avec les riverains, ils ont dû fermer, c’est ce que nous a lâché le restaurant d’en face. »

Le photographe, lui, existe encore. On peut même vous dire qu’on commence à connaître sa vie sur le bout des doigts. Jocelyn dit « Joss », ancien sous-marinier, trésorier du personnel des cercles et Foyers de la Marine, aujourd’hui à la retraite. C’est d’ailleurs tout le problème, les retraités n’ont pas de portable et ils sont de sortie le vendredi après-midi. Qu’à cela ne tienne, la clé, c’est André Postollec, le monsieur en veste orange sur la photo.

L'explication de la partie de boules
L'explication de la partie de boules - DR

C’est lui qui a tenu la dragée haute à Nasser en doublette. Et quand on dit dragée haute, c’est un euphémisme. André est un taulier du club de pétanque de Larmor Plage. « Je vous trouve son numéro dans l’heure », promet Laurent, qui a identifié la cible. Pas de chance, André est de concours ce vendredi. Sauf que chaque minute compte. On contacte alors Bernard Le Pallac, le président du club de Larmor Plage. Il décroche immédiatement.

- « Vous voulez parler à André ? Ah quel dommage, j’étais avec lui il y a même pas une demi-heure, mais là je suis en route pour une réunion.

- Vous pensez que vous pourriez nous donner ses coordonnées ? Il a un portable ?

- Ah oui, c’est un ancien mais il est connecté. Par contre, là, il est en pleine partie dans un ancien blockhaus allemand, il n’y a rien qui passe. »

Saura-t-on avant de rentrer à la maison si Nasser est pointeur ou tireur ? L’estomac se noue de ne jamais savoir. Enième rebondissement sur la page Facebook du Télégramme. Une jeune fille affirme être l’auteure de la photo, preuve à l’appui. « J’étais juste sur la plage et j’ai pris les photos en partant. Ils ont joué entre eux mais ont été très accessibles pour les gens. J’ai même trouvé très sympa qu’il [Nasser] accepte de prendre une photo avec moi. »

Une autre photo de la partie de boules épique
Une autre photo de la partie de boules épique - Servane Casanova

Et soudain, le téléphone vibre

Les heures défilent. Il est bientôt 18h, la rédaction se vide et nous, on n’a toujours pas notre témoignage clé. Le téléphone vibre. Probablement l’un des 234 numéros qu’on a tenté aujourd’hui qui rappelle. « Allo, ici André Postollec. » ON L’A FAIT PUTAIN. André, tu ne peux pas savoir à quel point ça nous fait plaisir de t’entendre. Voici donc sans plus attendre comment Dédé a vécu la partie de boule la plus dingue de sa vie :

- > « Au début, je ne savais pas que c’était lui. On a vu des grosses voitures arriver et on était étonné de voir des gens bien habillés, en costard et chaussures de ville, sortir des fourgons avec leurs triplettes à la main et nous demander la permission de jouer. »

- > « On n’a pas joué contre lui, ils ont joué ensemble. Mais on les a regardés jouer, ils ont été pris en photo par les gens qui jouaient autour d’eux. Ça s’est fait dans une très bonne ambiance, très détendue. Ils ont été vraiment sympas. C’était vraiment un grand plaisir de rencontrer ces gens-là. »

OK, et pour la question qui nous brûle les lèvres ?

- > « Oh bah il a un niveau amateur hein, il joue pour le loisir. Mais je l’ai trouvé très adroit, particulièrement au point. Et le petit jeune qui était avec lui était très adroit aussi. »

Et vous n’avez même pas tenté une vanne sur Cavani qui cadre jamais au moment où Nasser allait tenter un carreau ?

- > « Non, non, y a rien eu de tout ça. C’était bon enfant. »

Avant de raccrocher, on demande quand même à André s’il a remporté sa partie dans l’ancien blockhaus allemand. « Non. Mais vous savez, à 81 ans, on ne joue pas pour gagner. »

Bref, encore une sacrée victoire de 20 Minutes sur le journalisme.