L'UCI veut des caméras à rayons X pour détecter les moteurs cachés dans les vélos des pros

CYCLISME Le nouveau président de l'UCI ne prend pas le problème à la légère...

A.L.G. avec AFP
— 
Un contrôle de vélo (illustration)
Un contrôle de vélo (illustration) — FABRICE COFFRINI

Après la lutte contre le dopage biologique, place à celle contre le dopage technologique. Selon les informations de Reuters, reprise par nos confrères de L'Equipe, l’Union de cyclisme internationale (UCI) a annoncé qu’elle souhaitait utiliser des caméras à rayons X pour détecter l’éventuelle présence de moteurs cachés dans les vélos des cyclistes.

Ce dispositif devrait être mis en place à l’occasion des trois grands tours (Tour de France, Giro, Vuelta) ainsi que lors des classiques (Milan-San Remo, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie).

Deux cas avérés

Elu en septembre dernier à la tête du cyclisme mondial pour succéder à l’Anglais Brian Cookson, le Breton David Lappartient espérait présenter son plan d’action « en janvier, juste avant le début de saison ». Il l’a fait avec un léger retard, mais le dossier reste bien prioritaire.



Car même s’il n’existe que deux cas avérés de présence de moteurs dans des vélos en compétition, la suspicion reste suffisamment forte pour que l’UCI mette encore plus l’accent sur le dossier.