VIDEO. Affaire du moteur dans le vélo: Le cycliste aurait empoché 500 euros de primes

CYCLISME Il risque des poursuites pénales pour « escroquerie »… 

C.C. avec AFP

— 

Le vélo truqué qui a servi à la triche.
Le vélo truqué qui a servi à la triche. — MEHDI FEDOUACH

Selon le procureur de la République de Périgueux, le cycliste amateur mis en cause, a indiqué qu’il avait utilisé son vélo truqué « à partir du 21 août pour cinq courses, pour lesquelles il aurait empoché environ 500 euros ». L’enquête, confiée à la gendarmerie, se poursuit pour déterminer avec exactitude le nombre de courses disputées par ce coureur avec un moteur sur son vélo.

Le cycliste, âgé de 43 ans, a « agi seul ». Il a acquis son matériel en vente libre sur internet : « le cadre a été acquis sur un site chinois, le matériel électrique sur un site français », l’ensemble pour un coût d’environ 3.000 euros, a précisé le parquet.

Le moteur était caché dans une gourde.
Le moteur était caché dans une gourde. - MEHDI FEDOUACH

>> A lire aussi : Affaire du moteur dans le vélo: «Ce n'est pas le seul!», prévient un coureur amateur

Deux plaintes déposées contre le coureur 

Le procureur de la République a indiqué que le coureur amateur risquait des poursuites pénales pour « escroquerie » ou « tentative d’escroquerie ». Deux plaintes ont été déposées, par la Fédération française de cyclisme (FFC) et le président du club de Mussidan (Dordogne) auquel appartient le coureur. Outre les poursuites pénales, le cycliste risque une suspension sportive.

Le moteur a été trouvé dimanche sur le vélo du coureur, première découverte en France d’une « fraude technologique » de ce genre, lors d’une course de troisième catégorie, quasiment le plus petit niveau amateur, à Saint-Michel-de-Double (Dordogne). Une course modeste, mais néanmoins homologuée FFC.

>> A lire aussi : Affaire du moteur dans le vélo: «J'ai joué, j'ai perdu», assure le coureur-tricheur