Dopage mécanique: Lance Armstrong et la Sky se défendent d’avoir utilisé des vélos à moteur

CYCLISME L’émission «60 minutes» les soupçonnent d’avoir acheté un moteur à modèle réduit à un ingénieur hongrois…

A.F.

— 

Le train Sky pour Chris Froome
Le train Sky pour Chris Froome — Christophe Ena/AP/SIPA

Un reportage diffusé par la chaîne américaine CBS dimanche dans l’émission « 60 minutes » suspecte Lance Armstrong à la fin des années 90 et l’équipe britannique Sky en 2015 d’avoir utilisé des vélos équipés de moteur.

Un ingénieur hongrois y confie en effet avoir créé et vendu en 1998 un moteur à modèle réduit à un acquéreur resté anonyme. Istvan Varjas a ajouté avoir aussi vendu à un autre client inconnu, en 2015, des vélos contenant un moteur dans l’axe de la roue arrière.

Sky et Armstrong nient

Sans preuves, le reportage avance que les acheteurs anonymes pourraient être Lance Armstrong et la Sky. Le premier lorsque ses résultats sont devenus fracassants à partir de 1999, quand il remporte son premier Tour de France, les seconds près de quinze ans plus tard. En effet, lors du Tour de France 2015, les vélos de l’équipe britannique pesaient 800 grammes de la plus que la moyenne, un surplus que l’ingénieur hongrois lie à la présence d’un moteur.

>> A lire aussi : Lance Armstrong peut refaire de la compétition (mais pas en cyclisme, faut pas pousser)

Des accusations qu’ont immédiatement rejetés les concernés. Par le biais de son avocat, Armstrong a déclaré n’avoir jamais utilisé de « quelconque moteur ». L’équipe Sky, via un porte-parole, a de son côté précisé que l’aérodynamisme pouvait être une explication au surpoids, et que l’équipe n’a jamais « eu recours à l’assistance mécanique ».