Coupe du monde de rugby : « Le geste de Vahaamahina nous prive d’une demi-finale », balance Bernard Laporte

RUGBY Le président de la FFR en a remis une couche sur le deuxième ligne des Bleus dans une interview accordée à « Sud-Ouest »

N.C.

— 

Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby.
Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby. — Christian Liewig-POOL/SIPA

Prendre un peu de recul et poser le bon diagnostic sur son équipe nationale après une Coupe du monde, c’est important quand on est président de Fédération. Deux jours après le quart de finale perdu sur le fil par les Bleus face au pays de Galles, Bernard Laporte l’a fait, un peu, dans une  interview accordée à Sud-Ouest, mais il en a surtout remis une couche sur Sébastien Vahaamahina, expulsé en début de seconde période.

« Quand on fait la bêtise de Sébastien Vahaamahina, on ne peut s’en prendre qu’à soi-même. Ce geste nous prive d’une demi-finale de Coupe du monde, c’est une évidence », a ainsi enfoncé le président de la FFR. La qualité d’un grand joueur, c’est de ne jamais pénaliser son équipe. Je lui ai dit. C’est inexcusable. »

Même si ce geste, dans ce contexte, est une faute professionnelle, on peut se demander s’il n’aurait pas été plus importun de calmer les esprits. Comme l’ont fait quelques coéquipiers du deuxième ligne, à l’image d’Arthur Iturria.

Heureusement que Laporte ajoute vouloir « protéger l’homme » : « C’est la première victime », a-t-il dit dans une conversation en marge de l’interview et relatée par les journalistes. Le boss n’était pas au courant que Vahaamahina allait annoncer sa retraite internationale. Il ne l’a découvert que lundi après-midi, comme tout le monde.