Coupe du monde 2022 : Les LGBT+ ont « mon soutien, peu importe où je serai dans le monde », défend Antoine Griezmann

football L’attaquant des Bleus, qui avait fait la une du magazine « Têtu » à l’époque, a été interrogé sur la tenue du Mondial au Qatar

N.C. avec AFP
— 
Antoine Griezmann en conférence de presse, le 2 décembre 2022.
Antoine Griezmann en conférence de presse, le 2 décembre 2022. — AFP

On l’attendait sur la question, lui qui n’a pas pour habitude de répondre à côté, quel que soit le sujet. Interrogé sur la tenue de la Coupe du monde au Qatar, pays où l’homosexualité est criminalisée, Antoine Griezmann a défendu ses valeurs, sans aller trop loin non plus, par exemple sur la question du port du brassard arc-en-ciel. Les membres de la communauté LGBT+ « savent qu’ils auront toujours mon soutien, peu importe où je serai dans le monde », a ainsi déclaré l’attaquant des Bleus, présent en conférence de presse ce vendredi.

Griezmann avait fait la couverture du magazine Têtu en mai 2019, dans un contexte de polémiques sur l’homophobie persistante dans les stades en France. « L’homophobie n’est pas une opinion, mais un délit. Et, désormais, si un joueur tient des propos homophobes sur le terrain, je pense que j’arrêterai le match », avait-il affirmé.


« Ils savent qu’ils auront toujours mon soutien »

Interrogé sur ses prises de position passées et sur une éventuelle gêne à l’idée de disputer ce Mondial dans un pays où l’homosexualité est passible de poursuites pénales, le champion du monde 2018 a rappelé que la priorité était tout de même à son métier.

« Un peu gêné ? Oui et non. Peu importe où je serai dans le monde, ils savent qu’ils auront toujours mon soutien. Mais je suis footballeur, c’est ma profession. Mon pays m’appelle pour jouer une compétition, je viens avec fierté. Ils ont tout mon soutien, tout mon respect », a-t-il insisté.