Coupe du monde 2018: «Un pincement au cœur quand c'est un France-Croatie», avoue Nikola Karabatic

FOOTBALL La France affronte la Croatie en finale de la Coupe du monde, dimanche…

A.H.

— 

Nikola Karabatic lors du 8e de finale du Mondial France-Islande, le 21 janvier 2017 à Lille.
Nikola Karabatic lors du 8e de finale du Mondial France-Islande, le 21 janvier 2017 à Lille. — ISA HARSIN/SIPA

Il y en a deux pour qui la finale de la Coupe du monde de foot entre la Croatie et la France, dimanche (17h), va être compliquée à vivre. Nikola et Luka Karabatic vont avoir le cœur serré en deux, au moment de d’apparition des deux équipes au stade Loujniki de Moscou. Né en Yougoslavie d’une mère serbe et d’un père croate (Luka est né à Strasbourg), l’aîné des deux handballeurs poussera derrière les Bleus, mais non sans une pensée pour l’équipe aux damiers.

« C’est la finale dont je rêvais, reconnaît le joueur du PSG Handball dans un entretien accordé à l’AFP. Toute une partie de la famille sera pour la Croatie et l’autre pour la France. En fait, je supporte trois équipes à fond : la France, la Serbie et la Croatie. Pendant ce Mondial, j’ai vibré pour chacun de leur parcours. […] Je serai quand même heureux si la Croatie gagne. Mes origines balkaniques, c’est ma fierté, ma singularité, autant que le fait d’être français. »

L’ancien demi-centre du FC Barcelone sera à un baptême, dimanche, mais s’est assuré qu’il y aurait un grand écran afin de suivre la rencontre. « Pour les Bleus c’est spécial, j’ai le sentiment d’appartenir à la même confrérie comme je porte le même maillot qu’eux en hand, explique Nikola Karabatic. Ce qu’ils dégagent, c’est énorme, tu sens que la compétition les a exacerbés, ça me rappelle des souvenirs en hand. Je pense qu’ils vont gagner mais que ça va être dur. Du côté de la Croatie, je connais quelques joueurs. Je jouais à Barcelone en même temps que Rakitic. Je m’entends bien aussi avec Perisic. Je leur ai envoyé des messages pour les féliciter de leur parcours. »

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018: «Grosse erreur, dimanche à 17h nous serons tous dans le train !»

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018: «On est bien en France, on mange bien, on a un beau pays!», Griezmann survolté avant la finale