Coupe du monde 2018: «Grosse erreur, dimanche à 17h nous serons tous dans le train !»

VOUS TEMOIGNEZ Coincés dans les transports ou au travail, de nombreux internautes nous confient leur frustration de ne pas pouvoir assister dimanche après-midi à la finale entre la France et la Croatie…

C.P.

— 

Illustration de passagers d'un avion.
Illustration de passagers d'un avion. — JAUBERT/SIPA

Avis aux conducteurs de trains et pilotes d’avions : ce dimanche après-midi, il va falloir trouver un moyen de consoler vos passagers privés d’une finale de Coupe du monde entre amis dans une fan zone ou devant leur télévision. Victimes d’une étourderie au moment de leur réservation ou d’une contrainte professionnelle de dernière minute, beaucoup de fans de foot, seront en effet « coincés » dans les transports ce dimanche à 17 heures pendant le match… Et s’en mordent les doigts.

« Je me marie le 4 août à Nantes. Habitant à Paris, nous avions planifié beaucoup de rendez-vous sur ce week-end. En prenant nos billets de train, j’étais certain que la finale était à 20 heures, du coup j’étais sûr d’être de retour dans la capitale pour le match. Grosse erreur : à 17 heures, nous serons tous dans le train ! En voyant mon erreur, j’ai voulu changer mes billets mais les prix ont explosé ! Tant pis, j’essaierai de suivre via la radio mais pas de chance, les TGV entre Paris et Nantes ne sont pas équipés du Wifi… Ça sera une énorme frustration mais bon on ne se marie qu’une fois, » nous raconte Julien, philosophe.

« Surprise à l’atterrissage ou les pilotes annonceront-ils le résultat ? »

« Je serai en avion pour 11 heures de vol de la Réunion vers Paris où je dois répondre à un impératif professionnel. Ça fait mal ! J’atterris à 6 heures avec mon tee-shirt bleu. Surprise ou les pilotes annonceront-ils le résultat ? Ce serait chouette : on va faire un looping dans le 777 ? Avec 450 passagers qui sautent à pieds joints dans l’avion devraient bien faire bosser les compensateurs de vol ! », s’amuse Steve.

Christian, lui, se prépare à une finale assez mouvementée après son arrivée à Split en Croatie : « Nous serons dans le car qui nous emmène de l’aéroport à notre hôtel. Deux hypothèses : le chauffeur du car regarde le match en conduisant et on finit dans le fossé ou bien on arrive à l’hôtel et on nous met dans la cave ! Vacances galères ! J’aurais dû m’intéresser au foot avant ! Quel que soit le résultat du match, c’est terrible ! Et faudra la 4 G pour suivre… »

Pour d’autres fans de foot, comme Aurélien, l’amour vaut bien une finale : « je vis à Toulouse et ma chérie est à Lyon. Cette semaine c’était son anniversaire. Alors je n’ai pas hésité une seconde. Pour rien au monde, pas même une finale de Coupe du monde, je ne voudrais être ailleurs qu’à ses côtés ce dimanche ! »

Contactée par 20 Minutes, la SNCF confirme qu’aucun dispositif d’annonce particulier n’est prévu dimanche pendant le match : « Mais comme on est tous derrière les Bleus, ça se fera bien volontiers et les chefs de bord et baristas annonceront certainement les scores », indique une porte-parole du groupe, qui précise que des animations, comme des ateliers de maquillage, seront aussi prévues à bord de certains TGV. Et si vous avez la chance de voyager dans  l'une des 300 rames de TGV équipées du WiFi, une pastille sur la page d’accueil du portail de WiFi gratuit à bord vous proposera d’accéder directement au portail MyTF1 pour visionner le match, comme pour la demi-finale France-Belgique..

«C’est l’heure à laquelle on nourrit les bêtes et on ne peut pas la décaler »

D’autres internautes, moins chanceux, ne seront pas sur la route des vacances mais bloqués au travail au moment du coup d’envoi. Ils pourront alors compter sur leurs proches et collègues pour les tenir informés, comme Alexandre : « je vais louper la Coupe du monde car étant agriculteur c’est l’heure à laquelle on nourrit les bêtes et on ne peut pas la décaler alors les copains nous tiendrons au courant des buts par sms », explique-t-il.

Thibaut, lui, sera dans les Alpes italiennes, où il travaille comme de guide : « Je serai en train de travailler dimanche à 17 heures à vélo avec nos touristes américains. Je devrais être vers 18 heures à l’hôtel pour regarder la deuxième mi-temps dans une station de ski où je serai très probablement le seul à sauter de joie si la France gagne ! » raconte ce « grand fan de foot »

Infirmier dans un Ehpad en Dordogne, Teddy devra aussi renoncer à regarder le match dimanche pour prendre soin des résidents « C’est avec regret que je ne la verrai pas, car je vais devoir aller bosser dimanche. Alors c’est avec les résidents de mon Ehpad, derrière mon chariot de soins, que je vivrai cette finale. Une résidente (qui est une grande fan de foot) m’a dit qu’elle me tiendrait au courant du score en m’appelant sur mon téléphone professionnel ! Qu’elle est gentille… Et j’ai un autre résident qui m’a dit qu’il appuierait sur la sonnette à chaque but pour que je coure dans sa chambre où il regardera le match. J’ai des résidents au top, et c’est avec eux que je passerai ce super moment. Allez les Bleus, les soignants et les résidents de mon Ehpad comptent sur vous ! »