Coupe du monde 2018: Varane ne veut pas «se prendre la tête à faire des calculs» face au Danemark

FOOTBALL «Avec un match nul les Bleus seront premiers», «oui mais est-ce que c'est une si bonne idée?», «et sinon ce serait quoi le tableau après?»...

N.C.

— 

Raphaël Varane en conférence de presse à la veille de France-Danemark en Coupe du monde, le 24 juin 2018 à Moscou.
Raphaël Varane en conférence de presse à la veille de France-Danemark en Coupe du monde, le 24 juin 2018 à Moscou. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial à Moscou,

On ne sait pas si le Danemark se contenterait bien de la deuxième place, mais si c’est le cas, ça ne va peut-être pas pousser bien fort d’un côté comme de l’autre mardi dans ce match face à l’équipe de France. L’explication est simple : un match nul garantit aux Danois la qualification pour les huitièmes de finale et aux Bleus la première place. Alors, on se sert la main pour un bon 0-0 (ou 3-3, tant qu’à faire) et on n’en parle plus ?

Evidemment, la question a fait bondir Didier Deschamps. « Jamais je ne me verrais dire à mes joueurs qu’on joue pour faire match nul. Et le Danemark aussi, je suis sûr. Je veux qu’on entre sur le terrain dans la moindre ambiguïté », a-t-il fait savoir lundi en conférence de presse.

Quoi qu’il en soit, l’objectif de la France est de conserver cette première place qui permettrait d’éviter, a priori, la Croatie en 8es. Mais bon, finir premier et affronter une Argentine miraculée et revancharde, avec Messi qui peut claquer un triplé s’il se bouge un peu, ça peut aussi faire flipper. Et la partie de tableau dans laquelle on se retrouve, en fonction des autres groupes, c’est important aussi, non ? Non. enfin si, mais Raphaël Varane n’a pas envie de se prendre la tête.

« Il ne faut pas être focalisé sur l’adversaire potentiel. Etre premier ou deuxième peut bien sûr influer sur le reste de la compétition, mais d’abord on doit penser à nous, à ce match qui doit nous permettre de continuer à progresser, a dit le très probable capitaine de mardi. On verra, il ne faut pas se prendre la tête à faire des calculs. On a été crescendo sur les deux premiers matchs, on va essayer de continuer comme ça. »

T’as raison Raph, laisse-nous les calculs, les projections de tableau, tout ça. Nous on adore, ça fait partie des petits plaisirs d’une Coupe du monde.