VIDEO. Coupe du monde 2018: Snif... Les larmes de soulagement de Neymar après Brésil-Costa-Rica

GROS CHAGRIN Ouin ouin ouin ouin...

C. Ape.

— 

Neymar en larmes après Brésil-Costa Rica
Neymar en larmes après Brésil-Costa Rica — GIUSEPPE CACACE / AFP

Gros chagrin ? Trop de pression ? Larmes de soulagement ? Après un Brésil-Costa Rica triste à souhait (avant le temps additionnel), la pépite brésilienne a craqué.

Au coup de sifflet final, le Parisien qui a parachevé le succès de la Seleção (2-0) s'est écroulé sur la pelouse, avant de fondre en larmes.

C’est vrai que Ney a passé un drôle de match, entre penalty refusé par la VAR pour simulation, carton jaune et duels perdus face à la montagne Keylor Navas.

Le Brésil inquiet ?

De l’autre côté de l’Atlantique, les larmes de Ney inquiètent. « Ce n’est pas normal de pleurer pour un deuxième match de la Coupe du monde, s'inquiète le plus grand quotidien du Brésil, O Globo. Une équipe doit afficher sa force mentale, pas sa fragilité. Sincères ou pas, les larmes de Neymar sont inquiétantes. C’était soit le symptôme d’une instabilité troublante, soit une résurgence du narcissisme que Neymar a réussi à contrôler pendant presque tout le match ».

Après la rencontre, le Parisien a tenté de désamorcer les critiques : « Tout le monde sait par où je suis passé pour arriver jusque-là. C’étaient des larmes de joie, de dépassement, de force. Dans ma vie les choses n’ont jamais été faciles, elles le sont encore moins maintenant. Le rêve continue. Le rêve, non, l’objectif ! Bravo pour le match, les gars, vous êtes super. »

Mais sèche tes larmes Neymar, les Brésiliens sont pour l’heure premiers du groupe E en attendant le match Serbie-Suisse ce vendredi à 20h.

>> A lire aussi : «Ambassadeur», héros d'un biopic… Au Costa Rica, Keylor Navas est bien plus qu'un gardien