Sébastien Chabal gagne son match amateur et pense revenir en France

RUGBY Il est actuellement en Australie où il effectue une pige avec Balmain...

R.S.

— 

Le rugbyman français Sébastien Chabal, lors d'un match avec l'équipe autralienne de Balmain, le 25 février 2012 à Sydney.
Le rugbyman français Sébastien Chabal, lors d'un match avec l'équipe autralienne de Balmain, le 25 février 2012 à Sydney. — T.Wimbone/REUTERS

C’est en maillot zébré noir et jaune que Sébastien Chabal a rejoué au rugby. Trois semaines après avoir touché son dernier ballon, le barbu a remporté son match en Australie, avec Balmain, un club amateur dont le président lui a proposé une pige dorée. Vainqueur 15-9 face à Petersham, l’ancien joueur du Racing Metro est toujours à la recherche d’un club. Dans une interview donnée à L’Equipe, il confirme qu’il ne s’éternisera pas en Australie. «Venir jouer ici serait un trop grand changement, à un moment où j’ai envie de stabilité, de penser à ma famille.»

Le «Caveman» n’ira pas non plus au Japon, où un contrat lui a été proposé. Encore une fois, cela bouleverserait trop son cadre de vie. «Je ne veux pas quitter ma famille. Ma femme serait prête à bouger dans d’autres pays mais le Japon, avec le contexte, avec les enfants, ça l’inquiète.»

Pas faire de la figuration

Comme il l’avait déjà évoqué, c’est donc en France qu’il compte poursuivre sa carrière de joueur de haut niveau. «A priori oui! Mais il ne faut jamais dire jamais. J’avais dit que je n’irais jamais en Angleterre, ou alors en fin de carrière. J’y suis allé à vingt-six ans… J’avais dit jamais pour Paris, je m’y suis retrouvé… Je vais arrêter de dire jamais.»

Seule certitude, l’équipe qui l’accueillera dans les mois à venir ne jouera pas «juste faire de la figuration!» A deux mois et demi de la fin de la première phase du Top 14, Chabal «ne sais pas s’il ira dans un club qui sera déjà à un très bon niveau ou dans un club en reconstruction… J’irai dans une équipe qui me proposera de m’épanouir, de m’amuser. C’est le maître mot pour les quelques années qu’il me reste. Je n’ai jamais voulu être dans la lumière mais ne plus y être, ça ne me dérangera pas. Je veux jouer pour moi, sans être épié toujours. Lâchez-moi, laissez-moi vivre mes dernières années de joueur tranquillement.»