Championnats du monde d'haltérophilie: Les cinq commandements de l'haltérophile

HALTÉROPHILIE enjamin Hennequin, leader de l'équipe de France masculine chez les moins de 85kg, décrypte son sport, avant les Mondiaux...

Propos recueillis par Romain Scotto

— 

L'haltérophile français Benjamin Hennequin, lors des championnats d'Europe de Kazan, le 15 avril 2011.
L'haltérophile français Benjamin Hennequin, lors des championnats d'Europe de Kazan, le 15 avril 2011. — D.Kostyukov/AFP

«Oui, je suis nul au bras de fer et je ne mange pas des poulets entier à chaque repas.» Benjamin Hennequin tient à rétablir quelques vérités sur son sport, dont les championnats du monde se dérouleront à partir du 5 novembre à Disneyland Paris. Le médaillé de bronze des derniers championnats d’Europe [à l’arraché + épaulé-jeté], dresse le portrait-robot des hommes et femmes fort(e)s.

Courir tu détesteras

«On n’aime pas ça, ni rester trop longtemps debout. On peut marcher un peu, mais pas trop longtemps. Je ne cours jamais. Je ne fais aucun effort long car je n’ai pas les fibres pour ça. Juste un peu de vélo, mais pas plus d’une demi-heure, pour ne pas travailler le cœur. Ce n’est pas notre filière. On est en anaérobie. C’est explosif. En compétition, on bouge le moins possible. On prend le bus pour de trajets très courts.»

Cinq fois par jour au sauna tu iras

«Comme on ne court pas, on n’a pas la même façon de perdre du poids que les judokas ou les lutteurs. On réduit les quantités de nourriture et en faisant du sauna. On perd de l’eau. Moi je perds trois kilos sur les dix derniers jours pour être à 85kg. Pendant la préparation, je monte à 91kg. Pour le régime, je suis assez gourmand donc j’arrête les bêtises. Je perds direct. Puis je fais du sauna. Là, sur la dernière semaine, je fais cinq saunas par jour. Trois passages de dix minutes à chaque fois. Et je perds très vite.»

Dans des jeans classiques tu ne rentreras pas

«J’ai des cuisses assez hors norme, de 71 cm de circonférence. Le problème, c’est que ce n’est pas un bloc. J’ai une valve externe assez développée. On les compare souvent à celles d’un cycliste sur piste. J’ai assez de mal pour m’habiller. Je n’achète que des pantalons de marque américaine. Je porte surtout des joggings. Les jeans, je les achète dans des grandes enseignes. Je suis obligé de mettre du Levis ou du Diesel. Le pantalon officiel de l’équipe de France, je ne peux pas le mettre. La plus grande taille, c’est du XL. Moi je suis trop petit pour en mettre, même avec des ourlets. Il faut tout retoucher. Donc j’aurai pas le pantalon, c’est pas grave.»

Des vitamines à chaque repas tu consommeras

«Comme on soumet nos muscles à de gros efforts, prendre des protéines favorise la récupération. On est friands de blanc d’œufs et de viandes blanches. Mais je mange comme tout le monde sinon. Même Mcdo ou n’importe quoi. Arrivé sur les compétitions, je fais plus attention. Puis je prends des vitamines. Tout est contrôlé par rapport aux normes antidopage. Mes apports quotidiens complémentaires figurent dans ces vitamines. Il y a des poudres, des gélules et des trucs homéopathiques.»

Sept par sept les marches de l’escalier tu monteras

«On est très explosifs. On a une puissance de canne phénoménale. Tous les  sportifs font de l’haltérophilie pour travailler l’explosivité au niveau des jambes. On a une détente exceptionnelle. Moi je saute avec la barre qui fait plus de 200kg, je passe dessous, je remonte. Alors si je n’ai rien, c’est très facile. Dans un escalier, je peux monter les marches sept par sept. J’ai une détente sèche d’’un peu plus d’1m. Je peux sauter un obstacle au niveau de ma gorge.»