Stade Français: La Facem elle-même victime d'escroquerie?

RUGBY C'est la défense de l'association canadienne...

B.V.
— 
Les locaux de la Fondation Facem, le 10 juin 2011 à Montréal.
Les locaux de la Fondation Facem, le 10 juin 2011 à Montréal. — M.Payen /20minutes

Alors que les trois hommes liés à Facem arrêtés en France ont été libérés et placés sous contrôle judiciaire mardi, l’association canadienne qui devait renflouer les caisses du Stade Français entame sa défense. Dans un communiqué, la fondation pour la protection de l’enfance et son avocat expliquent leur vision de «l’affaire» Stade Français. «Facem Corporation sort de sa réserve, après avoir eu les plus grandes difficultés à rassembler des éléments d’informations qui lui ont permis de comprendre comment deux de ses collaborateurs ont été interpellés et incarcérés à tort à Paris la semaine dernière», présente en préambule ce communiqué.

Escroqué par Radd International?

Pour Maitre Sylvain Maier, auteur de ce communiqué, le Facem a en effet elle-même été victime d’une escroquerie, qui l’a empêché de fournir les 12 millions d’euros promis à Bernard Laporte. «FACEM a fait appel (pour trouver les fonds) à la société Radd International LLC et ceci en dehors du cadre et des procédures habituelles de Facem Corporation. Ce défaut de diligence et cette précipitation auront été fatals à ce dossier. Il s’avère que les documents fournis par Radd International LLC étaient bien des faux et les frais engagés par Mr Laporte au travers de Facem et remis à cette société pourraient constituer un délit d’escroquerie. Facem Corporation et Monsieur Laporte sont bien deux victimes de cette société et de leurs dirigeants.»

Prenant la posture de la victime, la Facem craint surtout que cette histoire ternisse à jamais son image. «Nous regrettons amèrement que l’enchainement des faits l’emballement médiatique (sic) le manque de loyauté de ses partenaires ait (sic) pu conduire Facem Corporation à voir son image à ce point ternie, conclut le communiqué. Dans le futur nous ne manquerons pas de communiquer sur la vraie nature de Facem Corporation et de montrer à ceux qui voudront le voir sous un autre prisme nos réalisations et notre éthique.» Pas sûr que Bernard Laporte soit convaincu.