Quatre ans après, Jack Kachkar revient sur le vrai-faux rachat de l'OM

FOOT Le magazine So Foot l'a retrouvé en Floride...

R.S.
— 
Le Canadien Jack Kachkar, pressenti pour racheter le club de l'OM, le 31 janvier 2007 au Stade Vélodrome.
Le Canadien Jack Kachkar, pressenti pour racheter le club de l'OM, le 31 janvier 2007 au Stade Vélodrome. — J.-P. Pelissier/REUTERS

C’est dans sa maison de Key Biscane, en Floride que Jack  Kachkar attend tranquillement son procès, en avril prochain. Celui qui voulait  racheter l’OM, n’a pas beaucoup changé depuis l’épisode du début de l’année  2007, quand son nom circulait pendant trois mois de la Commanderie au Vélodrome.  Pour So Foot, le businessman au cigare est revenu sur l’épisode du rachat raté  de l’OM au printemps 2007. Car, première nouvelle, Jack Kachkar a vraiment voulu  racheter le club à Robert Louis Dreyfus. Et il n’a jamais voulu escroquer  personne.

«Je n’ai fait de mal à personne, je n’ai pas volé un euro à  Louis-Dreyfus et l’OM appartient toujours à son groupe. Je voulais juste acheter  ce club, explique le Canadien. Les gens ont cru que je n’étais pas réel. C’est  faux, je suis réel.» Son argent, en revanche ne l’a jamais vraiment été.  Longtemps, l’homme d’affaire a attendu un financement. Mais quand ce jour est  arrivé, il n’a pas réussi à convaincre Louis Dreyfus. «A un moment, il faut bien  payer. J’ai toujours couru après le temps, toujours été en réaction. En mars,  j’avais finalement obtenu un financement mais RLD ne voulait plus  attendre.»

RLD en accusation...

Selon lui, la stratégie de l’ancien propriétaire de l’OM  était plus vicieuse. Il se serait juste servi de Kachkar pour faire diversion au  moment où il était empêtré dans le procès des comptes de l’OM: «Je crois que  l’attitude de RLD ne pouvait être comprise que par ses ennuis judiciaires. Il se  demandait quel statut serait le plus favorable à l’ouverture de l’audience.  Suis-je plus vulnérable avec ou sans le club? Au final, j’ai toujours eu des  doutes sur sa réelle motivation à vendre l’OM», ajoute le Canadien qui sera tout  de même jugé pour «faux en écriture privé.»

Le magazine explique également que cette expérience l’a  «lessivé». A 48 ans, le vrai-faux repreneur de l’OM se considère d’ailleurs en  pré-retraite, juste là pour «surveiller ses  investissements.» Récemment, il a vendu son jet privé pour 21 millions de  dollars, histoire de ne plus côtoyer son pilote alcoolique. Avec une femme  collectionneuse d’art et un fils qui joue au tennis 300 jours par an, la vie de  Jack Kachkar semble un peu plus paisible qu'auparavant.