Equipe de France: Ce qu'il s'est passé dans le vestiaire pendant le Mondial

VOLLEY Pourquoi Earvin Ngapeth a pété les plombs après le match contre le Japon...

R.S.

— 

Le sélectionneur de l'équipe de France de volley Philippe Blain (de face) donne ses consignes à ses joueurs, dont Earvin Ngapeth (à g.) lors d'un match contre les Etats-Unis, aux championnats du monde de volley, le 4 octobre 2010.
Le sélectionneur de l'équipe de France de volley Philippe Blain (de face) donne ses consignes à ses joueurs, dont Earvin Ngapeth (à g.) lors d'un match contre les Etats-Unis, aux championnats du monde de volley, le 4 octobre 2010. — M.Ciambelli/Sipa

A l’origine, il y avait donc une «envie de pisser». En plein temps mort, lors du match face au Japon, Earvin Ngapeth sautille comme un cabri, mais n’est pas autorisé à se rendre aux toilettes par Philippe Blain, le sélectionneur des Bleus. Dans le documentaire Intérieur sport, diffusé sur Canal+, le joueur de Tours exclu pour indiscipline, revient sur cette journée où tout a basculé, lors des championnats du monde de volley.

Frustré par son faible temps de jeu («je joue mais je fais la gueule parce que Stéphane est mauvais») Ngapeth est ensuite rentré au vestiaire à la fin de la rencontre, gagnée 3 set à 0 face aux Japonais. Puis se serait adressé à Philippe Blain: «Il m’a dit "t’as vraiment failli me pousser à me pisser dessus", explique le sélectionneur. «Je lui ai dit "Non pas là, la remarque tombe au mauvais moment".»

«Je vais te mettre la tête bleue»

Furieux, le jeune remplaçant des Bleus a alors jeté son son caque audio contre le mur du vestiaire, avant de s’en aller. Oliver Kieffer, qui témoigne, l’a alors rattrapé et forcé de rester dans le groupe. C’est à ce moment là qu’Ngapeth a laissé fuser quelques mots, sans que Blain s’en rende compte. «Il lui a dit un truc comme: "Je vais te mettre la tête bleue"», témoigne un joueur, alors que Stéphane Antiga assure qu’il «aurait pu mettre une pêche à l’entraîneur».

Ce n’est que quelques jours plus tard, lors que les insultes du joueurs seront restitués à Blain que la décision de l’exclure du groupe sera prise. Avant cette décision radicale, Ngapeth s’est désolidarisé de ses coéquipiers, montrant son dédain à l’entraînement et refusant de revenir sur les insultes proférées. A la fin du reportage, le joueur en remet même une couche: «Si l’équipe de France est mal gérée, je préfère faire ma carrière tranquille…»  Il ne devrait pas avoir le choix dans les mois à venir.