Route du Rhum: pour Christopher Pratt, le vent porteur s'appelle Thiercelin

© 2010 AFP

— 

Christopher Pratt, 29 ans, benjamin des skippeurs de la classe IMOCA, s'apprête à participer "sans stress" à sa première Route du Rhum à la barre de DCNS 1000, grâce aux conseils avisés de Marc Thiercelin, son parrain depuis bientôt trois ans.
Christopher Pratt, 29 ans, benjamin des skippeurs de la classe IMOCA, s'apprête à participer "sans stress" à sa première Route du Rhum à la barre de DCNS 1000, grâce aux conseils avisés de Marc Thiercelin, son parrain depuis bientôt trois ans. — Kenzo Tribouillard AFP

Christopher Pratt, 29 ans, benjamin des skippeurs de la classe IMOCA, s'apprête à participer "sans stress" à sa première Route du Rhum à la barre de DCNS 1000, grâce aux conseils avisés de Marc Thiercelin, son parrain depuis bientôt trois ans.

"Avec Marc, cela n'a pas été qu'une rencontre sportive", confie Pratt, natif de Marseille et qui bénéficie depuis 2008 des "Filières du Talent" mises en place par la DCNS, héritière des arsenaux français.

Entre les deux hommes, Thiercelin, qui fêtera ses 50 ans vendredi, et Pratt, 30 en janvier, la relation a fonctionné comme attendu: car l'objectif était de faire du benjamin, talentueux espoir de la voile, un navigateur entier, capable de prendre le départ du Rhum 2010.

"Rien n'a été difficile avec lui", relate Thiercelin, 2e du Vendée Globe à sa première participation en 1997. "C'est un sportif de haut niveau, avec les yeux et les oreilles ouverts. Mais c'est sans doute dans l'aspect technique et technologique qu'il a dû le plus travailler", reconnaît-il.

"C'est vrai, j'ai regretté de ne pas avoir fait plus d'études d'ingénieur lorsque j'étais étudiant", sourit Pratt.

En 2008, la DCNS a décidé de lancer ce système de filières, sorte de programme citoyen de transmission du savoir où les collaborateurs de l'entreprise font bénéficier des jeunes de leur expérience, dans le sport comme dans le domaine industriel classique.

Au sein de la filière Course, Christopher Pratt s'est donc préparé, étape après étape, à participer au Rhum 2010, "un rêve de gosse". "Je venais du monotype et j'ai donc un peu vécu le passage du kart à la Formule 1", résume-t-il.

Thiercelin développe: "en 2008, c'était l'année de la détection, puis 2009, celle de l'intégration au sein de l'équipe. En 2010, tout le travail a porté sur l'objectif de rendre Christopher capable de traverser l'Atlantique tout seul".

C'est ainsi que la Route du Rhum ne sera pas pour Pratt sa première transatlantique en solitaire sur un 60 pieds. En avril 2010, afin d'obtenir sa qualification et dans le cadre de son entraînement, le jeune navigateur a effectué la traversée Brest-New York.

"Le temps a passé vite", résume Thiercelin après trois années de collaboration. "Et on arrive à un moment charnière pour Christopher".

De fait, après le Rhum, et même si DCNS gardera un oeil attentif sur son parcours, Pratt va devoir "voler de ses propres ailes", comme il l'affirme lui-même.

"Pour moi, la filière a été une aventure incroyable et le meilleur merci, ce serait de faire une course belle, pleine et propre".