Echecs : Accusé de tricher, Hans Niemann ne compte « pas reculer », malgré « la pression »

SCANDALE Dans la tourmente face aux accusations de tricherie, le jeune champion d’échecs américain Hans Niemann a réagi en conférence de presse

N.S. avec AFP
— 
L'affaire Niemann secoue le monde des échecs. Illustration.
L'affaire Niemann secoue le monde des échecs. Illustration. — Angot / Sipa

En quelques semaines, Hans Niemann est devenu l’un des joueurs d’échecs les plus connus au monde, pour des raisons très peu enviables. Accusé de tricheries, le jeune Américain de 19 ans a réagi ce jeudi en conférence de presse, après une victoire au championnat des Etats-Unis. Selon lui, la partie qu’il venait de remporter « parle d’elle-même et a montré le joueur d’échecs que je suis ».

« Cela a également montré que je ne vais pas reculer et que je vais jouer mes meilleurs échecs ici, quelle que soit la pression que je subis », a ajouté l’actuel 38e mondial, auteur d’une progression phénoménale ces derniers mois. Mardi, chess.com, principale plateforme mondiale d’échecs sur Internet, avait affirmé dans un rapport de 72 pages que Niemann avait « probablement triché plus de 100 fois » en ligne.




Chess.com a banni Niemann dès le 5 septembre, peu de temps après les premières accusations contre le Californien. La veille, celui-ci avait battu le champion du monde Magnus Carlsen lors de la Sinquefield Cup aux États-Unis. Le Norvégien avait alors pris la décision de se retirer du tournoi, en accusant son jeune adversaire de tricheries après avoir trouvé que sa « partie », son « comportement » et ses « explications » étaient « bizarres ».

Les accusations de Magnus Carlsen

Le 19 septembre, Carlsen avait jeté l’éponge après un seul coup, lors d’une rencontre en ligne face au même Niemann. Une semaine plus tard, le n° 1 mondial accusait ouvertement l’Américain de triche dans un communiqué publié sur Twitter.



Outre les parties sur Internet, les suspicions de chess.com concernent aussi celles en face-à-face, mais sans preuve décisive. S’il a reconnu avoir triché par le passé sur chess.com, quand il avait entre 12 et 16 ans, Niemann nie les plus récentes accusations, affirmant être « prêt à jouer nu », s’il le faut. La Fédération internationale des échecs (Fide) a annoncé le 29 septembre l’ouverture d’une enquête sur ces accusations de tricherie.