Echecs : Dénoncé par Magnus Carlsen, le jeune « prodige » Hans Niemann aurait triché plus de 100 fois

MAGOUILLES L’étau se resserre autour du jeune Américain Hans Niemann, qui aurait triché plus de 100 fois selon la plateforme d’échecs en ligne chess.com

N.S. avec AFP
— 
Le monde des échecs est secoué par un scandale de triche médiatisé par les accusations du champion du monde norvégien Magnus Carlsen.
Le monde des échecs est secoué par un scandale de triche médiatisé par les accusations du champion du monde norvégien Magnus Carlsen. — Adil Benayache / Sipa

Les faits semblent donner raison à Magnus Carlsen. Voici une semaine, le champion du monde d’échecs avait publiquement accusé Hans Niemann de tricherie. Si le jeune Américain de 19 ans avait reconnu avoir fauté deux fois par le passé (mais pas contre le cador norvégien), la fraude serait bien plus massive. Selon un rapport de la très populaire plateforme chess.com, Niemann a « probablement triché dans plus de 100 parties d’échecs en ligne, y compris dans plusieurs événements à dotation monétaire ».

Un rapport de 72 pages est consacré au cas Niemann, auteur d’une progression stupéfiante. « Si nous ne doutons pas que Hans soit un joueur talentueux, nous constatons que ses résultats sont statistiquement extraordinaires », avec la plus rapide progression entre le haut niveau et le très haut niveau des échecs, affirme le texte, graphiques à l’appui. Pour étayer ses dires, chess.com s’appuie sur l’expertise de Grands Maîtres — le plus haut rang des joueurs d’échecs — en plus d’une analyse des coups joués par des outils automatisés.



Cependant, « notre enquête statistique n’a rien révélé de particulier concernant les parties ou la progression » dans les parties devant un échiquier d’Hans Niemann. Un constat qui vaut donc pour la désormais célèbre victoire de l’Américain contre Carlsen début septembre à Saint-Louis, bien que « la partie », « le comportement » et « les explications » de Niemann soient « bizarres ».

Niemann banni de la plateforme la plus populaire

Chess.com, qui a banni le joueur de 19 ans dès le 5 septembre, peu de temps après les premières accusations, s’est défendu d’une quelconque pression du champion du monde norvégien, dont elle est en train de racheter l’entreprise Play Magnus.

De son côté, la Fédération internationale des échecs (Fide) a annoncé le 29 septembre l’ouverture d’une enquête sur ces accusations de tricherie.