Lisandro Lopez de l'Olympique lyonnais, après avoir marqué face à Marseille, à Lyon, le 8 novembre 2009.
Lisandro Lopez de l'Olympique lyonnais, après avoir marqué face à Marseille, à Lyon, le 8 novembre 2009. — Reuters/Robert Pratta

FOOTBALL

OL-OM: un sommet de folie à Gerland!

Les deux Olympiques ont offert un match de rêve à Gerland dimanche soir...

Gerland ne cesse de vibrer. A peine remis de l'incroyable égalisation de Lisandro (90e) face à Liverpool quatre jours plus tôt, les supporters lyonnais vont sans nul doute se réjouir de l'incroyable nul arraché dimanche soir face à l'OM (5-5) lors de la 13e journée de L1.

>> Pour revivre le match en live, cliquez ici

Mené 2-4 après une volée de Brandao (80e), l'OL a une nouvelle fois su se transcender dans les dix dernières minutes derrière son impeccable guide argentin. Omniprésent tout le match, Lisandro réussit d'abord une superbe balle piquée devant Steve Mandanda (81e), avant de convertir un pénalty sifflé pour une main de Gabriel Heinze (84e) puis d'inspirer le but de Michel Bastos (89e). Mais Marseille, qui aurait été lâché à huit points de l'OL en cas de revers, ne se laisse pas abattre et revient à son tour sur un improbable but contre son camp de Jérémy Toulalan (93e).

>> Pour tout savoir sur cette 13e journée de Ligue 1, cliquez ici

 

L'OM pas loin d'un gros coup

Avant cela, Miralem Pjanic, finalement remis de sa problème musculaire contracté face à Liverpool, fusille d'entrée Steve Mandanda (3e) sur un ballon mal dégagé par Hilton. La folle entame se poursuit avec une égalisation rageuse de la tête de Souleymane Diawara (12e). Le répit marseillais est de courte durée, Sidney Govou se jouant de Hilton et Diawara pour expédier une superbe frappe hors de portée de Mandanda (14e). Benoît Cheyrou d'une frappe flottante où Hugo Lloris est pour une fois coupable (44e) et Baky Koné d'une remarquable demi-volée (47e) inversent totalement la tendance. L'OL, 2e à un point du leader bordelais, ne s'en tire pas si mal, alors que l'OM, actuel 8e avec un match de retard, regrettera d'être passé si près d'un gros coup.

Mais que l'apathique sommet de la saison précédente (0-0) était loin dimanche soir...