Benjamin Mendy accusé de viol : « Il a exhibé son pénis vers moi », la première plaignante a témoigné contre le Français

JUSTICE La première des 13 accusatrices de l’ancien joueur des Bleus a été entendue à distance par le Tribunal de Chester ce mercredi, décrivant une tentative de viol présumée dans la demeure du joueur à Manchester

J.L.
— 
Benjamin Mendy à son arrivée au tribunal, le 17 août 2022
Benjamin Mendy à son arrivée au tribunal, le 17 août 2022 — Lindsey Parnaby / AFP

Un premier témoignage qui a donné le ton d’un procès qui s’annonce long et éprouvant pour les victimes présumées de Benjamin Mendy. Ce mercredi, au tribunal de Chester en Angleterre, a démarré l’audition des 13 plaignantes qui accusent le champion du monde français de huit viols, une agression sexuelle et une tentative de viol.

« Quand il ne regardera pas, je te kidnapperai »

La première jeune femme à être entendue l’a été à distance, un dispositif autorisé en Grande-Bretagne pour permettre aux victimes présumées de ne pas se présenter physiquement devant leur agresseur. Elle a longuement raconté une soirée d’octobre 2018, quand, un an après une première rencontre anodine par le biais d’un ami du joueur, elle s’est retrouvée au restaurant avec les deux hommes et d’autres convives. Passablement « ivre » après plusieurs jeux d’alcool, la jeune femme a expliqué que Mendy l’aurait alors approché pour lui dire : « Quand il ne regardera pas, je te kidnapperai. » Un avertissement qu’elle considérait alors comme une plaisanterie.

Elle raconte ensuite s’être rendue au domicile de Benjamin Mendy avec son ami et s’être endormie en état d’ébriété. Et c’est au réveil que les choses ont dégénéré, selon son récit. La jeune femme assure que l’ancien joueur de l’OM serait rentré dans la salle de bains alors qu’elle prenait une douche, et qu’il n’aurait pas bougé malgré ses demandes répétées pour qu’il quitte la pièce. « J’ai mis une serviette et je voulais prendre mes sous-vêtements pour me protéger, mais il n’arrêtait pas de m’en empêcher ».

« Tu as peur ? Tu n’as pas à avoir peur. Je ne vais rien te faire »

« Il s’est assis sur le lit et m’a mise sur lui », a-t-elle ajouté, alors qu’elle essayait tant bien que mal de garder sa serviette autour d’elle. La plaignante accuse le Français d’avoir ensuite enlevé son caleçon et sorti son pénis dans sa direction, alors qu’elle « n’arrêtait pas de le repousser » et qu’il continuait à « l’attraper ». Mendy aurait répondu à ce moment-là : « Tu as peur ? Tu n’as pas à avoir peur. Je ne vais rien te faire. »

Interrogée sur le fait qu’elle n’ait pas crié pour appeler à l’aide alors que la maison était occupée par d’autres personnes, la jeune femme a expliqué qu’elle « ne comprenait pas ce qu’il se passait » et se sentait déboussolée. Elle parviendra finalement à commander un chauffeur VTC par ses propres moyens et à quitter le manoir du footballeur, ajoutant qu’elle ne se souvenait plus exactement comment l’incident s’était terminé. Resté silencieux toute la journée, Mendy a assisté comme les jurés à l’enregistrement du contre-interrogatoire mené par ses avocats. Jeudi, ce dernier sera mené en direct de la cour d’audience, puisque l’une des nombreuses accusatrices de l’ex-havrais viendra témoigner au tribunal.