Asvel – AS Monaco : Les Villeurbannais sacrés champions de France pour la troisième fois de rang après un match 5 de folie (84-82)… Revivez le 21e titre de l’Asvel avec nous

BASKET Le club de Tony Parker a confirmé sa mainmise sur la Betclic Elite en l’emportant (84-82) après prolongation contre l’AS Monaco, ce samedi lors du match 5, dans une Astroballe en fusion

A l'Astroballe, Jérémy Laugier
— 
Elie Okobo a livré une grosse prestation samedi, avec 20 points, 9 passes décisives et 7 rebonds  face à la Roca Team de Paris Lee.
Elie Okobo a livré une grosse prestation samedi, avec 20 points, 9 passes décisives et 7 rebonds face à la Roca Team de Paris Lee. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

L'ESSENTIEL

  • L'Asvel Lyon-Villeurbanne n'a pas manqué l'opportunité de remporter son 21e titre de champion de France, en battant samedi l'AS Monaco (84-82 après prolongation) au terme d'une rencontre au suspense dingue.
  • Cet ultime sommet de Betclic Elite cette saison a notamment consacré l'arrière Elie Okobo, MVP de ces passionnantes finales, après ses 20 points inscrits samedi soir.
  • Score final : 84-82 après prolongation (26-13; 17-20; 11-20; 21-22; 9-7).
  • Les marqueurs pour l'Asvel : Ekobo 20, Howard 15, Fall 14, Lighty 9, Knight 8, Jones 8, Osetkowski 5, Gist 4, Strazel 1, Lacombe 0. Antetokounmpo et Diot ne sont pas entrés en jeu. Coach : TJ Parker.
  • Les marqueurs pour l'AS Monaco : James 16, Bacon 14, Diallo 14, Motiejunas 11, Boutsiele 9, Thomas 8, Lee 8, Westermann 2, Ouattara 0. Fall Faye et Demahis ne sont pas entrés en jeu. Coach : Sasa Obradovic. 

A VOIR

A LIRE 

 

23h10 : Magic System, le Ahou avec les supporteurs, Tony Parker ravi au centre du terrain, tous les ingrédients sont réunis à l’Astroballe pour un after de folie. On va vous laisser là-dessus. Encore merci de nous avoir suivis, c’était une bien belle soirée de sport ma foi. On vous retrouve demain matin avec un article de retour sur ce sacre de l’Asvel et une vidéo de débrief. A tout bientôt, la bise.
23h09 : L’Asvel fait sacrément la fête sur le podium installé au milieu de l’Astroballe, en soulevant le 21e titre de son histoire. Chapeau à la bande à TJ Parker, car celle-ci était mal embarquée en 4e quart-temps après le coup de chaud de Mike James (60-68e, 36e).

 

23h04 : Sans grande surprise, le MVP de cette finale est Elie Okobo (20 points ce soir), qu’on a énormément vu, surtout dans le money time. Mais ce soir, les 15 points de William Howard ont énormément joué, et le public ne s’y trompe pas au moment de son énorme ovation pour le no 25 de l’Asvel.
C’est finiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Enorme défense de l’Asvel sur la dernière possession monégasque. Sans son leader Mike James sorti pour 5 fautes, la Roca Team n’a même pas pu tenter un dernier shoot, Howard et Knight étouffant Bacon sur sa montée de balle. L’Asvel est championne de France pour la 21e fois de son histoire (84-82). Et franchement, quel match de folie, on s’est réééééégalés !

 

45e : C’est fou Okobo rate ses deux lancers… mais prend son rebond à quelques secondes de la fin ! Il manque son 4e de suite après la faute monégasque mais donne un peu d’air à l’Asvel sur le 2e (84-82).
45e : A 11 secondes de la fin, après un 1/2 de James aux lancers, Paris Lee intercepte un ballon dans les mains de Chris Jones. Mais popopopopopop, arrêtez tout, quel contre monstrueusissime de Howard sur Lee contre la planche !!!!!! Puis 5e faute de James dans la foulée sur Okobo (83-82).

 

45e : William Howard, ce héros côté Asvel, avec un très gros shoot de loin à 55 secondes de la fin (83-81) !!!!! On a été bien déçus de cette finale jusqu’à ce match 5, mais là c’est royal au bar en tous points.

 

44e : C’est décidément fou ce match. Des paniers de Bacon et James remettent Monaco devant (80-81). Et les Lacs du Connemara résonnent ici à 1.05, dédicace à la Team Francavilla.
44e : Will Thomas inscrit le premier panier monégasque en prolong et maintient le suspense (80-77).
43e : Temps mort d’urgence pour Obradovic, puisque Elie Okobo vient de claquer un nouveau lay up ligne de fond (meilleur marqueur du match avec 19 points). Voilà la Roca Team dans le dur (80-75).
42e : La Roca Team n’y est pas pour le moment dans cette prolong, et l’Asvel prend les devants sur un super 3 points de William Howard (78-75). Ça fait un moment que l’Asvel n’avait pas refait la course en tête tiens donc.
40e : Pfiouuuuuuuuuuuuuuuuuuu Elie Okobo relance à 3.000 à l’heure et égalise sur un and one légendaire !!!!!! Mais il rate le lancer bonus le ouf. Prolong ici (75-75) !

 

40e : Alpha Diallo est logiquement envoyé sur la ligne et il en rate un en route (73-75), avec 7.6 secondes à jouer (quelle folie !).
40e : A 8 secondes de la fin, l’ASM fait le choix d’envoyer Gist aux lancers en faisant volontairement faute. C’est tactiquement très bien joué. Il met les deux l’asticot, c’était pas gagné du tout (73-74).
40e : A 14.5 secondes, Gist envoie Diallo sur la ligne des lancers. L’arrière de l’ASM est costaud dans la tronche et convertit les deux en filoche (71-74). Il faudra arracher la prolong sur la dernière possession, en sortie du temps mort de TJ Parker.
40e : Pfiouuuuuu, à 18.6 secondes de la fin, Lighty a failli arracher un ballon suuuuuurbouillant dans les mains de Mike James. Mais ça se finit en entre-deux. Balle à l’ASM. Il faudra sans doute faire faute pour l’Asvel.
40e : A 40 secondes de la fin, ça se rend coup pour coup (71-72) !
39e : A 1min30 du buzzer, c’est toujours aussi serré (69-70). L'Asvel s’est remis la tête à l’endroit, et Mike James n’a pas réussi l’exploit de marquer à la dernière seconde des 24. Et p….. quelle ambiance de barge !!!!!

 

38e : Ouh le coquin de William Howard qui chipe un ballon à Bacon et va conclure (67-68). L'intensité à son comble. Prends ça la NBA (ouch on s’est emballé).
37e : David Lighty lâche un (très) gros shoot alors que Villeurbanne était dos au mur. L’Astroballe est officiellement debout pour les dernières minutes de jeu (65-68)…
36e : L’Asvel est en train de sombrer avec un paquet de mauvais choix, à l’image d’une énième balle perdue (60-68e).
35e : A noter que Motiejunas côté ASM et Knight pour l’Asvel ont tous les deux 4 fautes. Ils attaquent le money time sur le banc. Mais le dernier lay up étrangement manqué d’Okobo (arf, ces gauchers qui se compliquent parfois la vie en refusant à tout prix de monter à droite) fait mal aux têtes (60-66).
35e : Double coup dur pour l’Asvel avec le « and one » de Bacon (60-66) et la sortie sur blessure de Fall. Le match tourne, ça se confirme.
34e : L’Astroballe explooooooose sur ce contre de Youssoupha Fall (vraiment énorme sur cette finale et 14 points ce soir) sur Motiejunas (60-63).
32e : Le match est en train de tourner, puisque Mike James vient d’obtenir trois lancers pour une faute de Knight sur lui derrière la ligne. Il en rentre deux, petit break pour l’Asvel so (55-61). Et James, qui était à 2/12 (et 5 points) avant cette ultime période, vient de planter 8 points en 2 minutes donc…
31e : « 5.565 défenseurs » hurle le speaker… mais deux shoots de maboulos consécutifs de Mike James derrière la ligne, et l’AS Moaco bascule en tête pour la première fois du match (55-59) !

 

30e : Fin de quart-temps sur un 3 points manqué de peu par Okobo. Avance minus pour l’Asvel avant les 10 dernières minutes de ce choc (54-53) !!!!
30e : 53-53 après un rebond facile et un dunk tranquillou d’Alpha Diallo, qui fait quand même son match ce soir (11 points).
30e : 53-53 après un rebond facile et un dunk tranquillou d’Alpha Diallo, qui fait quand même son match ce soir (11 points).
29e : Ohoh 52-51 désormais. Si même Westermann se met à mettre des pions importants, ça va devenir très compliqué pour l’Asvel. Au repos depuis quelques minutes, Okobo va faire son retour. Villeurbanne a tellement besoin de lui.
29e : Enfin agressif dans la raquette, Motiejunas remet la Roca Team totalement à portée de tir (52-49). Ça sent le match accroché et tendu jusqu’au bout cette affaire.
26e : Mike James marque seulement son deuxième panier du match (4 points). C'est fou mais étant donné le gaillard, l'Asvel n'est pas à l'abri qu'il devienne d'un coup l'homme du match sur un coup de chaud (52-46).
25e : Boutsiele fait de sacrés dégâts dans la raquette villeurbannaise, et l’ASM grapille encore, plus que 3 points d’écart (47-44).
24e : Ahah, le DJ est au taquet : énorme dunk main gauche de William Howard et celui-ci pose cash du I believe I can fly de ce bon vieux R-Kelly (47-40).

 

23e : L’AS Monaco est bien mieux revenue dans son match, avec deux paniers de suite du surprenant Boutsiele, qui réduisent l’écart à presque rien (45-40).
C’est reparti ici, pour les 20 dernières minutes de la saison de Betclic Elite (ou plus si affinités).
C’est qu’il y a du beau monde à l’Astro. Le milieu offensif de l’OL Rayan Cherki est également tout près de nous ce soir.

 

Mi-temps sur une ultime tentative très lointaine manquée de Mike James, qui n’avait pas bien le choix pour le coup vu le chrono, et écart un brin creusé par l’Asvel (43-33). Un moindre mal on a envie de dire au vu de la diff abyssale entre les deux équipes sur le premier quart. Meilleur marqueur de cette première mi-temps (12 points), Elie Okobo est le grand bonhomme jusque-là, et MVP en puissance des finales. On vous laisse d’ailleurs sur un sacré bonbon avec son plus spectaculaire caviar (dans le dos svp) pour un dunk d’Osetkowski. A tout vite les gens.

 

19e : On n’aurait pas misé sur cette connexion-là pour une superbe action collective, mais quel régal ce ballon ressorti par Gist à destination d’Osetkowski, auteur d’un shoot longue distance parfait (40-32). Temps mort d’Obradovic dans la foulée.
18e : Cocasse ça : David Lighty passe 30 secondes à s’essuyer mains et bras vu le sauna qu’est l’Astroballe. Sur l’action suivante : il laisse totalement échapper une passe d’Okobo et se marre un peu en regardant le banc (37-32).
18e : C’est encore fou ce tir en déséquilibre d’Okobo (meilleur marqueur du match avec 10 points), surtout en comparaison des deux nouveaux échecs consécutifs de Mike James juste avant, dont une claquette a priori très facile (37-29).
17e : Ce numéro de dribbles bouclé par un délicieux teardrop de Chris Jones, c’était quand même quelque chose (35-28). Seulement 4 points pour lui (et 2 fautes), mais il a l’instinct du showman.
16e : Un petit shoot de Boutsiele à 3 m (guère contesté) réduit encore un peu plus cet écart (31-26). Ce match 5 est relancé pour de bon (ouf).
15e : L’Asvel perd beaucoup trop de ballons en ce moment et est à nouveau punie par un gros dunk d’Alpha Diallo, brillant lors du match 1 et très discret depuis. Plus petit écart depuis trois plombes mine de rien (31-24).
14e : Pas malheureux ce brave Paris Lee (sosie officiel incontestable de Renato Sanches) qui nous plante un trois points après que le ballon ait rebondi « 47 fois sur le cercle », dixit le speaker, bien dans l’esprit (31-22).

 

13e : Enoooooorme « and one » d’Elie Okobo, malgré la tentative de contre de Boutsiele dans la raquette. Ça donne un peu d’air à l’Asvel (31-19).
11e : Ça repart très fort pour la Roca Team avec le premier panier de Mike James, qui bénéficie d’une mésentente entre Jones et Strazel pour conclure seul. Puis antisportive bien méritée contre Strazel, qui a voulu déglinguer Motiejunas (même si le Lituanien lui rend deux têtes). On n’est à 26-17 désormais, et les dynamiques sont différentes.
Fin de premier quart-temps sur un nouvel échec lointain d’un Mike James jusque-là hors du coup (0 point à 0/4). Bilan pas si pire que ça pour la Roca Team on va dire au vu de l’entame (26-13). Et surtout 10 rebonds à 5 pour l'Asvel et... 77% aux tirs contre 20% sur cette première période. L'AS Monaco s'en tire donc très très très (très) bien.

 

10e : Marcos Knight sort avec une deuxième faute côté Asvel, ça peut avoir son importance (24-13).
9e : L’AS Monaco hausse enfin son intensité et étouffe parfaitement le jeune Matthew Strazel, clairement à court de soluces une fois qu’il a arrêté son dribble (à vous, millions de meneurs de jeu présents parmi nous, ne reproduisez jamais cela sur un terrain), et légère remontée (24-13).
8e : L’écart est toujours énorme, après une grosse séquence de David Lighty (24-9). On ne voit pas une bribe de réaction côté monégasque jusque-là. Un remake du game 2 bouclé à +37 ? Dur à imaginer sur un match 5 mais ça en prend la tournure…
7e : Petit point Mike James tant on sait qu’il est essentiel : 34 pions mercredi mais jusque-là fanny et bien méconnaissable, l’ex-arrière des Brooklyn Nets (22-7).
6e : Choc aérien mooooooonstrueux à l’instant, avec Fall et surtout Howard qui secouent sévèrement Bacon. L’ailier américain de l’ASM montait pour un premier gros dunk. C’est raté, il n’y aura clairement pas de panier facile laissé en chemin dans ce premier quart côté Asvel. Bacon se relève et place un 1/2 aux lancers (20-7).
5e : David Lighty y va d’un superbe « and one » main gauche, cette entame vire à la boucherie tant l’Asvel agresse offensivement la Roca Team à chaque duel (19-6).
5e : David Lighty y va d’un superbe « and one » main gauche, cette entame vire à la boucherie tant l’Asvel agresse offensivement la Roca Team à chaque duel (19-6).
5e : Début de match de mammouth de Youssoupha Fall, avec son troisième panier inscrit à l'instant, plus une tripotée de rebonds. L'ASM est pas loin d'être déjà à la dérive (17-6).
3e : Popopopo quelle folie, premier éclat après deux flèches lointaines de Knight et Okobo, puis un dunk du meneur de l’Asvel en fin de contre-attaque après une interception (10-2).

 

1re : Et l’ouverture du score est pour le géant villeurbannais Youssoupha Fall (2-0).
1re : Pfiouuuuuuuuuuuuu il a suffi d’une simple faute offensive de Ouattara pour déjà embraser l’Astro (0-0).
C'est partiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!
20h29 : Petit point ambiance, c’est bien le feu, mais comment pourrait-il en être autrement avant pareil rendez-vous ?

 

20h20 : C’est à la base une évidence, mais dans cette longue série, les débuts de match ont toujours donné le ton du match, à l’image du dernier affrontement, où la bande à Elie Okobo a étouffé la Roca Team d’emblée (2-12), et n’a jamais été reprise derrière.
20h20 : C’est à la base une évidence, mais dans cette longue série, les débuts de match ont toujours donné le ton du match, à l’image du dernier affrontement, où la bande à Elie Okobo a étouffé la Roca Team d’emblée (2-12), et n’a jamais été reprise derrière.

 

20h15 : Et hop, bienvenue tout le monde à l’Astroballe. Jamais déçu ici, les 30 degrés sont toujours dépassés, même quand il pleut et qu’il fait limite frais dehors. Allez, bienvenue dans la fournaise !
20h15 : Et hop, bienvenue tout le monde à l’Astroballe. Jamais déçu ici, les 30 degrés sont toujours dépassés, même quand il pleut et qu’il fait limite frais dehors. Allez, bienvenue dans la fournaise !
9 h : Histoire de vous faire bien rentrer dans ce match, voici le portrait du précieux et bondissant arrière monégasque Yakuba Ouattara. On ne se lasse pas de sa belle histoire, qui a décollé à l'adolescence, à la grande surprise de son coach de l'époque, du côté d'un playground... lyonnais ! Allez, on se retrouve sans faute ce soir à l'Astro.

 

Hello tout le monde, on se lance dans un live de basket ce samedi soir. Ça n’arrive pas si souvent que ça sur 20 Minutes mais l’occase est belle de vous faire vivre en direct depuis l’Astroballe LE match que tout le basket français attend depuis 10 mois. A savoir un match 5 décisif au bout du bout des play-offs entre les deux mastodontes de la Betclic Elite,et l’AS Monaco, qui sortent tous les deux d’une saison d’Euroligue avec des fortunes diverses. Quelles sont donc les forces en présence, depuis le début de cette finale il y a 10 jours ? On a envie de dire que la dynamique est villeurbannaise, hormis surpar la Roca Team (74-82). Deux des trois derniers matchs se sont conclus sur des démonstrations du club de Tony Parker, à commencer par cette historique rouste (+37) au match 2, puis ce net 68-85 mercredi sur le Rocher, alors que l’ASM avait une balle de premier sacre dans l’élite.

Dur d’imaginer l’Asvel, double tenante du titre, ne pas profiter de cet élan dans une salle qui sera à n’en pas douter chaude à souhait (avec plus de 5.500 spectateurs). Surtout quand on voit à quel point Monaco s’est montré à la dérive collectivement mercredi, uniquement tenu par des éclairs personnels d’un Mike James auteur de 34 points, mais au leadership limité sur la série.  En 2019, avec déjà David Lighty côté Asvel et Sasa Obradovic sur le banc monégasque, les Villeurbannais n’avaient pas tremblé dans un contexte similaire. Allez, on a hâte d’y être, et on vous laisse sur les images du match 4, notamment marqué par le récital du trio d’arrières Okobo-Jones-Knight (49 points cumulés), pour vous mettre dedans.

Rendez-vous à partir de 20h15 pour suivre ce match 5 décisif, bouillant, électrique (et aussi serré que le 3e match ?) de la finale de Betclic Elite entre l’Asvel et Monaco, avec un coup d'envoi à 20h30.