FC Nantes-ASSE : « Il nous reste deux finales à jouer »… Encore en vie, les Verts refusent de s’enflammer

FOOTBALL En remontant à la 18e place, l'AS Saint-Etienne a évité le naufrage et gagné le droit de croire au maintien en Ligue 1. Mais il reste deux matchs de barrages et la catastrophe reste possible

Frédéric Brenon
— 
Romain Hamouma, entré en seconde période, a égalisé pour Saint-Etienne.
Romain Hamouma, entré en seconde période, a égalisé pour Saint-Etienne. — S.Salom-Gomis/AFP
  • Le FC Nantes et l'AS Saint-Etienne se sont neutralisés 1-1 samedi 21 mai.
  • Saint-Etienne arrache la 18e place. Metz et Bordeaux sont relégués.
  • Sainté jouera les barrages contre Auxerre les 26 et 29 mai.

Ils auraient pu chanter, sortir le champagne, au moins déconner un peu. Mais non, après avoir exprimé un énorme soulagement au coup de sifflet final à Nantes, les  joueurs stéphanois ne faisaient pas les malins à la sortie des vestiaires samedi soir. Sainté venait pourtant de sauver in extremis sa peau en Ligue 1 en arrachant le match nul (1-1) qu'il fallait, synonyme de 18e place. Mais Wahbi Khazri et ses partenaires savent aussi que cette survie n’est que provisoire et qu’un maintien définitif passe désormais par deux matchs de barrages la semaine prochaine (jeudi et dimanche). « Il n’y a pas eu de cri de guerre ou quoi que ce soit. On est déjà concentré sur ce qui nous attend », confirme l’international tunisien.

Leur prochain adversaire se nomme AJ Auxerre, un autre club historique du football français qui n’a plus fréquenté la Ligue 1 depuis dix ans. « On est favoris parce qu’on se doit de faire respecter la hiérarchie. Mais ça se prouvera sur le terrain », reconnaît Wahbi Khazri. « Ça ne sera pas facile », prévient Romain Hamouma, buteur samedi soir. « Il nous reste deux finales à jouer, considère Paul Bernardoni, auteur d’une grosse prestation à Nantes. Auxerre c’est une très belle équipe. Avec un grand coach (Jean-Marc Furlan) qui sait y faire. Ils sont, en plus, sur une bonne dynamique. A nous de faire ce qu’il faut. »

Habitué aux missions maintien, l’entraîneur Pascal Dupraz ne dit pas autre chose « On était en Ligue 2 avant le match, on était en L2 une bonne partie du match et puis maintenant on est en Ligue 1 et demi. On ne peut pas être satisfaits car il reste deux matchs, contre une très bonne équipe. On est toujours à 50/50, une chance sur deux. »

« Ce club est mythique, il mérite de rester en Ligue 1 »

Il faut dire que les Stéphanois n’ont pas la mémoire courte. En perdition pendant toute la première partie de saison, menés pendant une heure samedi à Nantes, ils ont déjà tutoyé de très près la relégation. « Si on se rappelle où nous étions en décembre, c’est un petit miracle de pouvoir accrocher les barrages aujourd’hui », estime Loïc Perrin, coordinateur sportif des Verts. « On avait 12 points à la trêve, se souvient Romain Hamouma. Personne ne nous voyait nous maintenir. Cette équipe a des défauts mais aussi des qualités, notamment celles de s’accrocher et de se battre. »

Sera-ce suffisant ? Le peuple vert sera fixé le 29 mai, à Geoffroy-Guichard. « Depuis que je suis gamin, je sais que l’AS Saint-Etienne renaît de ses cendres, c’est légendaire. Donc il n’y a plus qu’à réaliser ça », insiste Pascal Dupraz. La conclusion revient à Wahbi Khazri. « J’espère que les supporteurs répondront présents, même si ça n’a pas toujours été facile avec eux. J’espère qu’ils nous permettront d’avoir ce supplément d’âme. Ce club est mythique, il mérite de rester en Ligue 1. » De retour dans l’élite depuis 2004, Saint-Etienne a connu sa dernière relégation il y a 21 ans.