OGC Nice-Stade Rennais : La meilleure défense du championnat doit prendre « plus de risques offensifs », estime Galtier

FOOTBALL Après le nul face au Stade Rennais samedi soir (1-1) où il avait déjà aligné ses quatre principales armes offensives pour la première fois, Christophe Galtier estime que le Gym doit « être encore plus dangereux »

Fabien Binacchi
Le coach de l'OGC Nice Christophe Galtier
Le coach de l'OGC Nice Christophe Galtier — Daniel Cole/AP/SIPA
  • Samedi soir, à l’Allianz Riviera à Nice, l’OGC s’est contenté d’un match nul contre le Stade Rennais (1-1).
  • Pour Christophe Galtier, l’entraîneur des Aiglons, être la meilleure défense du championnat ne suffit plus.
  • Pour les huit matchs qui restent à jouer, « dans le final du championnat, il faudra prendre plus de risques offensifs et mettre plus de pression sur les défenses adverses et de participation dans les couloirs », a appuyé le coach.

A l’Allianz Riviera,

S’ils ont cru un moment pouvoir repasser devant Rennes et revenir sur le podium de la Ligue 1, après l’ouverture du score signé Andy Delort, les Niçois ont dû finalement se contenter du point du match nul, samedi soir à domicile contre Rennes (1-1). Et pour Christophe Galtier, être la meilleure défense du championnat ne suffit plus. Jusqu’à la fin de la saison, le coach de Nice attend de ses joueurs qu’ils prennent « plus de risques offensifs » et qu’ils mettent « plus de pression sur les défenses adverses », a-t-il lâché après la rencontre.

Contre les Bretons, le Marseillais s’était déjà appliqué à engager cette stratégie en alignant pour la première fois de la saison son quatuor d’attaquants Gouiri-Dolberg-Delort-Kluivert. « Je voulais qu’on pèse plus offensivement. Ces derniers temps, quels que soient les joueurs alignés devant, ils étaient assez isolés », a-t-il expliqué.

« Il aurait fallu mettre notre bloc plus haut »

Résultat, même si la domination territoriale des Rennais était prégnante, les Aiglons ont plus souvent frappé au but que leurs adversaires en première période. A l’image des premières tentatives d’Amine Gouiri et Andy Delort (4e), de Youcef Atal (20e) puis de Kasper Dolberg (32e), qui frappait le premier tir cadré côté niçois.

Suivaient Amine Gouiri (59e), puis finalement Andy Delort qui ouvrait la marque d’une tête après belle percée de Youcef Atal (1-0). Et Nice s’est mis à reculer, concédant un but sur coup franc qui les prive des trois points. Et que Christophe Galtier a trouvé « évitable ». « Nous avons manqué de discernement, de justesse et de personnalité dans les dernières minutes du match où il aurait fallu mettre notre bloc plus haut, a réagi le coach. On aurait pu être encore plus dangereux. »

« Suivre les consignes du coach jusqu’au bout »

Pour les huit matchs qui restent à jouer, « dans le final du championnat, il faudra prendre plus de risques offensifs et mettre plus de pression sur les défenses adverses et de participation dans les couloirs », a appuyé l’entraîneur des Aiglons.

« Quand on voit les statistiques, oui, il faut marquer plus de buts, a concédé le capitaine Dante. Mais est-ce que ce n’est que la faute des attaquants ? Non. C’est aussi nous, derrière, de sortir de meilleures passes et, au milieu, de mieux construire. Nous devons rester concentrés sur les consignes du coach et le suivre jusqu’au bout. »