Pourquoi le padel est-il devenu le nouveau sport favori des footballeurs ?

HORS-TERRAIN Anciens comme actuels, de plus en plus de joueurs s’amourachent de ce sport de raquette très en vogue. Certains montent même leur propre structure. « 20 Minutes» tente de vous expliquer ce phénomène

Clément Carpentier
— 
Zizou est un grand fan de padel.
Zizou est un grand fan de padel. — Z5Padel
  • Chaque jeudi, dans sa rubrique « hors-terrain », 20 Minutes explore de nouveaux espaces d’expression du sport, inattendus, insolites, astucieux ou en plein essor.
  • Cette semaine, nous nous consacrons au padel, ce sport de raquette très en vogue dans le monde depuis plusieurs années, notamment auprès des footballeurs de haut niveau.
  • De Zinédine Zidane à Nasser al-Khelaïfi, les grandes personnalités du foot s’impliquent ainsi dans ce sport, tout comme les anciens pros Gaël Danic et Eric Cubilier, qui se sont confiés à 20 Minutes.

« Rien que ces dernières semaines, il y a au moins une dizaine de collègues footballeurs qui m’ont appelé pour ça. » Voilà comment, en une phrase d’accroche, Gaël Danic vient de valider notre reportage. A savoir s’intéresser à la pratique du padel par les footeux. Il faut dire que l’ancien milieu de terrain de Rennes, Valenciennes ou encore Lyon en est l’exemple type.

Tout juste retraité, il vient d’ouvrir à 40 ans sa propre structure près de Rennes, le Breizh Padel. Il suit ainsi les pas d’Anthony Lopes à Lyon (All In Padel) ou de Nicolas Douchez à Bordeaux (Big Padel). Mais aussi de très grands noms comme Zinédine Zidane, qui a ouvert en grande pompe plusieurs terrains en présence du numéro un mondial de la discipline, Alejandro Galan, dans son complexe Z5 à Aix-en-Provence. Et que dire de Zlatan Ibrahimovic, qui en a fait un véritable business ces dernières années avec le « Padel Zenter » (Z comme Zlatan évidemment) et ses six établissements.

Bref, vous l’aurez compris, le padel est LE sport à la mode chez les footeux. On ne compte même plus les photos de Lionel Messi ou Neymar, raquette en main, ces derniers mois. Ce dernier a même installé deux terrain dans sa luxueuse villa brésilienne. Finalement, il ne manque que « Kyky » Mbappé à l’appel… Didier Deschamps, grand fan et pratiquant assidu de ce sport, pourrait vite le pousser à taper la petite balle jaune dans la cage. Ça ferait une paire solide puisque, pour rappel, le padel se joue en double. « J’ai découvert ce sport il y a dix ans grâce à mes amis lillois Rio Mavuba, Florent Balmont et Nolan Roux », se souvient Gaël Danic.

L’ancien défenseur de l’OGC Nice et du PSG Eric Cubilier (42 ans), « n’a pas du tout aimé au départ », avant d’en devenir complètement fou au point de « jouer du matin au soir » pendant plusieurs années, du côté de Vence sur la Côte d’Azur. Il y croise encore régulièrement d’anciennes figures bien connues de notre Ligue 1 comme Didier Digard, Cédric Varrault ou Lionel Letizi. Alors pourquoi les footeux sont-ils dingos de padel ?

Le tennis serait devenu « has been » ?

Déjà, il faut rappeler qu’historiquement, les footeux sont des grands amateurs de tennis (l’inverse est vrai également). « De base, on aime bien les sports de balle et de raquette car on manie plutôt bien celle-ci, fait remarquer Gaël Danic. Ensuite, c’est accessible à tous et ludique, bien plus que le tennis sur ce point. » La dimension ludique est l’argument « maousse » de façon générale du padel. ZZ le rappelait dans Padel Magazine il y a peu : « Il est très facile de commencer à jouer. Tu peux jouer avec une personne âgée, avec un enfant… C’est un sport très accessible. Moi je suis complètement fan ! Pour moi qui ai bientôt 50 ans [il en a 49], être sur un terrain de foot, c’est de plus en plus compliqué. Alors pour jouer avec des amis, avec la famille, le padel est parfait. » Et aujourd’hui, les terrains de padel remplacent très régulièrement les terrains de « five » comme le fait Gaël Danic depuis un an en Bretagne.

Gaël Danic a monté sa propre structure de padel près de Rennes.
Gaël Danic a monté sa propre structure de padel près de Rennes. - Breizh Padel

« Contrairement au tennis, il n’y a pas besoin de bases techniques importantes, poursuit Eric Cubilier. Le plus dur, c’est d’appréhender la vitre. Dans ma région, tous les clubs de tennis ont désormais leur terrain de padel. Tout le monde s’y met, c’est vraiment la folie. » Au point de faire dire à son compère rennais que « le padel remplace complètement le tennis aujourd’hui chez les footeux ». Reste à savoir si la pratique de cette discipline apporte quelque chose aux footballeurs en activité dans leur métier. Gaël Danic nous éclaire là-dessus.

« Pour les gardiens de but, cela peut vraiment être bénéfique car on va travailler énormément les réflexes au filet par exemple. Pour les joueurs de champ, on est plus sur une journée groupe où on peut mettre rapidement un peu de physique et de compétition. »

L’OL a profité de la trêve internationale pour pratiquer le padel

« Dans tous les cas, c’est compatible avec la pratique du football, assure “Zizou”. Jouer au padel pendant la saison est un bon compromis pour faire une petite session physique. Rudi Garcia l’a déjà utilisé par le passé. » En effet, lors d’un stage de début de saison de l’OM au Portugal, l’entraîneur avait organisé avec son staff un petit tournoi avec les joueurs marseillais.

Lors de la dernière trêve internationale, les Lyonnais ont effectué en mars une petite séance chez leur gardien de but, à 100 m du Parc OL, pour un « travail d’endurance et de cardio » selon le club. On a pu admirer sur les réseaux sociaux le coup droit de Houssem Aouar et la volée de revers de Tanguy Ndombele. A Bordeaux, il n’est pas rare de voir débarquer des joueurs des Girondins à Big Padel pour une partie. A Rennes, Gaël Danic voit souvent tout le staff de la formation sur ses terrains de padel, un peu moins les joueurs professionnels au vu de leur calendrier chargé.


L’avantage du padel, comme le tennis par le passé, c’est qu’il n’est pas du tout interdit par les clubs. « Souvent dans les contrats, les sports à risques [accidents musculaires et articulaires] sont formellement proscrits, détaille un membre des Girondins de Bordeaux. C’est le cas des sports de glisse comme le ski et le surf, mais aussi le saut en parachute. Par exemple, on a un joueur de l’effectif qui s’est fait les croisés, et il n’a plus le droit de faire du surf, même s’il adore ça. En revanche, le padel, ça le fait sans souci. » Même s’il y a pas mal de rotations, il n’y a absolument aucun contact comme par exemple en futsal. Et l’intensité n’est pas forcément très élevée jusqu’à un certain niveau.

Compet' et apéro, le mix gagnant

Bien sûr, n’allez pas dire ça à Eric Cubilier, vainqueur d’un P1000 de padel. Comme d’autres jeunes retraités tels Sylvain Wiltord, il a enchaîné les tournois à une époque et a même touché du doigt le haut niveau. Il retient d’ailleurs ce côté compétition qui peut très vite attirer les footballeurs : « L’avantage du padel, c’est qu’il suffit d’être quatre, peu importe le niveau, et direct tu peux faire des points et être très rapidement en mode compétition. Pour un sportif, c’est important. Tu joues pour gagner tout de suite, et puis il y a le côté tactique comme au foot. Car au final, c’est vachement stratégique le padel. » Pour la petite histoire, on a même eu le droit en Italie au derby de la Lombardie, Inter-AC Milan avec en têtes d’affiche Zambrotta, Albertini, Ventola, Di Biagio ou Vieri (qui a porté les couleurs des deux clubs mais qui représentait ici l’Inter). Voilà pour le terrain.

Mais Eric Cubilier, vainqueur de la Coupe de la Ligue 2003 avec Monaco et de la Coupe de France 2004 avec le PSG, souhaite aussi parler du hors-terrain. De l’ambiance et du potentiel « team building » de la discipline. Pour lui, « il n’y a pas ce côté égocentrique du tennisman », du fait de jouer en équipe. Et en même temps, « il y a l’aspect chambrage », dont de nombreux footballeurs raffolent, puisque les adversaires sont généralement des copains ou des coéquipiers.

« On se retrouve aussi souvent à la fin des parties pour boire un coup. Il ne faut pas négliger le côté apéro-barbecue qui va avec le padel », dit en souriant celui qui est devenu depuis trois ans recruteur à l’OGC Nice. Alors, à quand un footeux à la retraite pour viser une couronne mondiale de padel sur le nouveau circuit lancé cette semaine à Doha par Nasser Al-Khelaïfi ?