Open d'Australie : Shapovalov estime « à 100% » que Nadal est favorisé par les arbitres après sa défaite en quarts de finale

TENNIS Le Canadien ne s'est pas montré très fair-play après sa défaite en cinq manches face à l'Espagnol (6-3, 6-4, 4-6, 3-6, 6-3)

J.L. avec AFP
— 
Dennis Shapovalov ne digère pas sa défaite face à Nadal à l'Open d'Australie.
Dennis Shapovalov ne digère pas sa défaite face à Nadal à l'Open d'Australie. — William WEST / AFP

Appelez-le Denis « ouin ouin » Shapovalov. Infoutu de porter l’estocade en début de cinquième manche face à un Nadal visiblement diminué et touché physiquement, Denis Shapovalov, extrêmement nerveux durant toute la rencontre, au point de traiter l’arbitre Carlos Bernardes de corrompu pour ne pas avoir sanctionné l’Espagnol pour sa lenteur à servir, n’avait pas vraiment décoléré en conférence de presser.

La tortue Rafa au service

« Je pense que je me suis mal exprimé quand j’ai dit qu’il était corrompu. Mais je reste sur ma position. Je pense que c'est injuste. Combien de fois Rafa s’en tire (quand il sert) ? Et à la fin du quatrième set, il part se faire évaluer médicalement, et après l’évaluation, il va faire une pause toilette. Mais comment pouvez-vous être évalué médicalement et avoir une pause toilette et causer autant de retard dans le jeu ? Pour la même chose l’année dernière, je n’avais pas le droit de faire une pause toilette quand j’ai demandé un examen médical ».

L’éternel polémique de l'usage de la pause médicale, une des meilleures astuces de Djokovic quand ses matchs sont mal embarqués. Bref, au lieu de s’en vouloir à lui-même pour sa mauvaise gestion émotionnelle des moments-clés, Shapovalov s’est perdu dans sa mauvaise foi.  « Je respecte tout ce que Rafa a fait et je pense que c’est un joueur incroyable. Mais, vous savez, il doit y avoir des limites, des règles établies. C’est tellement frustrant en tant que joueur. Vous savez, vous avez l’impression que vous ne faites pas que jouer contre le joueur ; vous jouez contre les arbitres, vous jouez contre tellement plus ».

« Il doit y avoir des limites »

Relancé une dernière fois sur la question qui fâche, quelque chose dans le style « Pensez-vous que Nadal est avantagé pour ce qu'il a fait dans sa carrière ? », il n’a pas dévié d’une ligne. « Bien sûr. À 100 %. Tous les autres matchs que j’ai joués, le rythme a été très rapide parce que les arbitres regardaient l’horloge après chaque point ». Va falloir passer à autre chose Denis.