Neymar, crottin de cheval et arme… Philippe Katerine répond aux rumeurs

MUSIQUE Chaque jour, « 20 Minutes » vous propose des vidéos réalisées par son partenaire Brut

20 Minutes avec Brut
— 
Philippe Katerine a été sauvé par un cochon quand il était petit, Brut.
Philippe Katerine a été sauvé par un cochon quand il était petit, Brut. — capture d'écran

« Ça sent si bon le crottin. » Philippe Katerine révèle ses vérités. S’il affirme qu’il aimait l’odeur du crottin lorsqu’il travaillait comme palefrenier, le chanteur dit également qu’il a pu mentir dans certaines de ses réponses… Ce qui est vérifié, c’est qu’il était le voisin du footballeur Neymar pendant quelques années : « Je le voyais poser son sac, parfois tristement, après une défaite, parfois glorieusement. »

Philippe Katerine doit sa vie à un cochon. Non pas qu’il aime particulièrement la charcuterie, mais c’est la peau d’un cochon qui a permis de refermer un trou dans son cœur lors d’une opération à ses huit ans : « La peau de cochon est ce qu’il y a de plus compatible avec le corps humain. Donc, je dois la vie à un cochon femelle ou mâle que je ne connais pas. »

L’artiste préfère son César à sa Victoire de la musique, uniquement d’un point de vue pratique : « Le César pèse autour de 3,5 kg, alors que le Victoire de la musique pèse quelques grammes, donc c’est vrai que je sais toujours où est le César parce que je me dis que si je rencontre un type mal intentionné, je peux toujours brandir mon César et m’en servir comme une arme. » Philippe Katerine répond au vrai et au faux dans la vidéo de notre partenaire Brut.