Montpellier : Une nouvelle salle de 5.000 places pour maintenir le MHB dans l'élite européenne

HANDBALL La future salle doit voir le jour d’ici 2026. L’emplacement est choisi et son financement bloqué par la métropole dans son plan de programmation pluriannuel des investissements

Jérôme Diesnis
— 
Le Montpellier Handball ne dispute que quelques matchs à la Sud de France Arena, en raison du coût de location de l'infrastructure et du manque de créneaux disponibles.
Le Montpellier Handball ne dispute que quelques matchs à la Sud de France Arena, en raison du coût de location de l'infrastructure et du manque de créneaux disponibles. — PatriciaSports / MHB
  • Annoncée en 2018 au lendemain du second titre européen en Ligue des champions du MHB, la future grande salle de Montpellier devrait être mise à la disposition du club d’ici quatre à cinq ans.
  • Le MHB dispose de l’un des plus grands palmarès du sport collectif français, mais il ne parvient plus à rivaliser avec Paris, en France, depuis plusieurs années.
  • La future salle sera construite à proximité de l’historique salle René Bougnol (récemment rebaptisée FDI Stadium).

La future salle de 5.000 places du Montpellier Handball devrait voir le jour à l’horizon 2025 ou 2026. Après des mois de discussion, l’emplacement a été arrêté. Ce ne sera ni à Odysseum (à l’endroit où se trouve actuellement l’éco-cirque), ni à côté du stade Louis-Nicollin (au sud de la métropole), comme l’avait envisagé l’ancienne majorité. Mais à Bougnol, ou plutôt en contrebas, sur l’actuel terrain stabilisé, actuellement utilisé par le MUC, notamment.

Cet équipement avait été annoncé en juin 2018, quelques jours après la seconde victoire en Ligue des champions des Montpelliérains, dans un bégaiement de l’histoire. En 2003, Georges Frêche, alors maire (PS) de la ville avait, déjà, annoncé la création d’une nouvelle salle. La Sud de France Arena (alors baptisée la grande salle) avait vu le jour en 2010… mais s’est vite avérée inexploitable pour le club. Les coûts de location imposent un seuil de rentabilité à environ 6.000 spectateurs, un chiffre atteint pour quelques affiches seulement dans l’année.

A l’usage exclusif du Montpellier Handball

Sans compter la difficulté à réserver des créneaux pour le hand. Occitanie Events, société gestionnaire de la Sud de France Arena, donne priorité aux grands concerts et événements indispensables pour tendre vers un équilibre financier. « Il y a deux ans, par exemple, on n’a pu avoir que deux dates sur les dix-sept qu’on avait demandées », rappelle le président du MHB, Julien Deljarry.

Cette future salle d’une capacité de 5.000 places (soit 1.000 de moins que les annonces de 2018) doit être réservée à l’usage exclusif du MontpellierHandball. L’institution, l’un des plus gros palmarès du sport collectif français (deux ligues des champions notamment), l’attend avec impatience. Les recettes billetterie, mais aussi les loges ou le développement du merchandising, doivent lui permettre de dégager des bénéfices réinvestis en partie dans l’équipe première. « On ne peut pas accueillir suffisamment de public et de partenaires à Bougnol, ce qui limite nos recettes », résume Julien Deljarry.

50 millions essentiellement financés par la métropole de Montpellier

L’équipement est estimé à 50 millions d’euros par la métropole de Montpellier qui en sera le bénéficiaire et attend des aides de la Région et de l’Etat pour aider à son financement. Elle sera desservie à proximité par la ligne 5 du tramway qui passera quelques centaines de mètres plus bas, route de Mende. Les transports en commun seront indispensables pour se rendre sur place alors que déjà les parkings saturent. "À Montpellier, nous étions en retard. Nous avons besoin de nouveaux équipements sportifs pour que le sport montpelliérain tienne son rang", évoque le maire Michaël Delafosse (PS). Plusieurs villes de France, dont Aix-en-Provence et Nantes, ont pris de l’avance sur Montpellier ces dernières années.

La salle mythique René-Bougnol (rebaptisée FDI Stadium depuis quelques semaines) de 2.800 places sera conservée. « Un jour on y sera très nombreux pour soutenir une équipe féminine », prophétise Michaël Delafosse. Le maire de Montpellier souhaite voir l’émergence d’une équipe féminine de haut niveau. Actuellement le HB féminin Montpellier/Frontignan lutte avec des moyens limités en Nationale 1 féminine (le troisième niveau féminin, le plus haut niveau amateur).