OM : Dimitri Payet, le joueur que le public aime détester

FOOTBALL Une semaine après avoir reçu une bouteille en pleine tête, Dimitri Payet retrouve les terrains ce dimanche contre Troyes alors qu’il est l’un des joueurs les plus ciblés par les publics adverses

Adrien Max
— 
Dimitri Payet reçoit une bouteille d'eau sur le crâne lors d'OL - OM.
Dimitri Payet reçoit une bouteille d'eau sur le crâne lors d'OL - OM. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • Dimitri Payet retrouve ce dimanche soir (20h45) les terrains contre Troyes pour la 15e journée de Ligue 1.
  • Dimanche dernier à Lyon, le numéro 10 de l’OM a une nouvelle fois été la cible de jet de projectiles.
  • Payet est l’un des joueurs de Ligue 1 les plus ciblés par les publics adverses.

Un tonnerre d’insultes alors qu’il est en train de se faire soigner, allongé au sol, après avoir été lâchement touché par une bouteille d’eau en pleine tête. Des insultes envers sa femme alors que les deux équipes sont au vestiaire, et que personne ne sait si le match va reprendre. Rien n’est épargné à Dimitri Payet, le meneur de jeu de l'Olympique de Marseille depuis le début de saison. Comme lorsqu’il a reçu une première bouteille dans le dos contre Nice, le 22 août dernier, avant de la renvoyer à son expéditeur, ce qui avait découlé sur une invasion du terrain et une bagarre entre supporters niçois et joueurs marseillais.

Probablement lassé de tel comportement, et surtout « marqué psychologiquement », comme l’a, à plusieurs reprises, rappelé son président Pablo Longoria, le numéro 10 de l’OM a même confié aux enquêteurs, lors de son dépôt de plainte, sa crainte de devoir tirer de nouveaux corners. C’est aussi le fait que ses enfants et sa famille ont vu en direct à la télévision son agression, qui l’a profondément touché.

Des attaques qui ne datent pas d’hier

« Bien sûr, quelqu’un qui subit deux agressions, ça n’est pas agréable, il est affecté. Je ne sais pas comment il va le supporter. C’est difficile de savoir ce que quelqu’un va ressentir alors qu’il est agressé à chaque fois qu’il va frapper un corner », a expliqué Jorge Sampaoli, vendredi en conférence de presse.

Si la violence s’est immiscée dans les rivalités footballistiques cette année, Payet en est la première victime, et les attaques envers sa personne ne datent pas d’hier. La saison dernière déjà, des supporters du PSG l’avaient gratifié d’une banderole insultante envers Ludivine, sa femme, devant le Parc des Princes. Une réponse à la moquerie de Dimitri Payet après la défaite du PSG contre le Bayern Munich en finale de Ligue des champions. Au fil des saisons le Réunionnais est devenu un as du chambrage. Comme lorsqu’il poste une photo de Neymar sur le corps d’un chien porté par Alvaro après la victoire de l’OM au Parc des Princes la saison dernière.

Son autre cible favorite ? L’OL de Jean-Michel Aulas, qu’il n’avait pas hésité à tacler lorsque celui-ci demandait une saison blanche après son annulation à cause du Covid-19. Ou lorsqu’il critiquait ouvertement son ancien entraîneur, Rudi Garcia, passé chez l’ennemi quelques mois plus tôt.

« Dimitri Payet est le joueur que je déteste le plus »

« Hormis les joueurs de Saint-Etienne, Dimitri Payet est le joueur que je déteste le plus. Pourquoi ? Parce qu’il a un passé à Saint-Etienne, et rien que pour ça je ne peux pas avoir une quelconque sympathie. Il a joué dans des clubs qu’on n’aime pas, explique Richard, abonné dans un virage du Parc OL, et qui précise parler en son nom. Et il aime beaucoup ouvrir sa bouche, notamment contre nous. Je ne dis pas qu’il cherche, mais il aime brancher les clubs des autres villes. Et ça ne se serait pas passé comme ça avec un mec comme Sakai par exemple, il ne recevrait pas tout un tas de choses. »

Le supporter admet ne pas suivre l’actualité de l’OM, mais il a perçu un léger changement dans son comportement, comme lorsque Dimitri Payet a pris position contre ses propres supporters après des jets de projectiles sur des joueurs du PSG lors du classique, fin octobre. Avant le match contre Lyon, il avait évité de mettre de l’huile sur le feu en esquivant une question sur la rivalité entre les deux clubs. Ce qui ne l’a pas empêché d’être une nouvelle fois attaqué.