Bundesliga : Le Bayern Munich éparpillé façon puzzle par Mönchengladbach

INCROYABLE MAIS VRAI Les Bavarois ont pris une manita sur la pelouse de l'autre Borussia

W.P, avec AFP
— 
5-0, de quoi donner un gros mal de crâne à Müller
5-0, de quoi donner un gros mal de crâne à Müller — Martin Meissner/AP/SIPA

L’arroseur arrosé. Habitué à écraser ses adversaires sans faire de sentiments, le Bayern Munich a été pris à son propre jeu sur la pelouse du Borussia Mönchengladbach, où les hommes de Naggelsman se sont inclinés 5-0 à l’occasion du 2e tour de la Coupe d’Allemagne. L’affront laissera forcément des traces, ne serait-ce que sur le plan historique : il s’agit de la plus lourde défaite du Bayern en Coupe, éclipsant un précédent 5-1 en quart de finale à Cologne en 1972.

« Je suis absolument choqué. Nous n’étions tout simplement pas là », a déclaré le directeur sportif du Bayern Hasan Salihamidzic sur la chaîne allemande ARD. « On s’est laissé dominer dans toutes les situations. Un black-out collectif ».

La défense à 75 % française a coulé

L’ancien toulousain Kouadio Koné, international français des moins de 19 ans, a ouvert la marque dès la 2e minute d’un plat du pied dans la surface de réparation. Les deux autres français du Borussia, Alassane Pléa et Marcus Thuram, avaient été laissés sur le banc par l’entraîneur Adi Hutter.

Le défenseur international algérien Ramy Bensebaini a ensuite réussi un doublé, d’une frappe du droit (son mauvais pied) dans la surface (15e) puis sur un penalty sifflé pour une faute de l’international français Lucas Hernandez sur le Suisse Breel Embolo (21e).

Un rêve pour Mönchengladbach

Ce dernier a marqué les deux buts suivants (51e, 57e), profitant de largesses aussi inexplicables qu’inhabituelles de la défense adverse, avec ses trois Français Lucas Hernandez, Dayot Upamecano (dans l’axe) et Benjamin Pavard (à droite). Embolo a ensuite laissé sa place à Thuram (73e).

« De temps en temps, vous rêvez de quelque chose comme ça, mais vous ne croyez pas que cela deviendra réalité », a déclaré à ARD le directeur sportif de Mönchengladbach, Max Eberl. Moralité : croyez en vos rêves.