Belgique - France : « Il y a une énergie positive »... Les Bleus enthousiastes avant d'aborder le Final Four

LIGUE DES NATIONS Le soleil de Turin et la perspective de jouer contre la Belgique mettent de bonne humeur les hommes de Didier Deschamps à la veille de leur rencontre contre les Diables rouges

W.P.
— 
Didier Deschamps
Didier Deschamps — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

De notre envoyé spécial à Turin,

S’ils font semblant, ils le font très bien. De passage en conférence de presse de veille de demi-finale de Ligue des nations contre la Belgique, Didier Deschamps et Hugo Lloris ont fait preuve d’enthousiasme avant d’aborder le Final four de cette compétition dont on ne connaît pas la valeur, si ce n’est qu’il a fallu se battre pour arriver à Turin. « C’est une parenthèse enchantée, a déclaré DD, de retour à Turin, sa deuxième maison comme il aime l’appeler. On est allé gagner au Portugal pour s’assurer une place dans ces quatre équipes. On a tout fait pour se qualifier. »

Et puis bien sûr, il y a la perspective d’affronter un adversaire redoutable en la personne de la Belgique, au bon souvenir d’une autre demie, celle de la Coupe du monde 2018. Autant de facteurs qui expliquent cette « énergie positive » ressentie par Hugo Lloris depuis le début du rassemblement : « on ressent la pression d’une compétition encore plus sur ce rassemblement, on est arrivé lundi et on sent qu’il y a quelque chose dans l’air. On joue la Belgique, pour qui on a beaucoup d’estime. On va devoir être à la hauteur pour se qualifier. »

Lloris ne sous-estime pas la défense belge

A première vue, pas de traces d’excès de confiance avant d’affronter un adversaire battu il y a trois ans en Russie. C’est même l’inverse. Didier Deschamps a bien révisé ses fiches. « Cette équipe est consciente de sa force et possède des joueurs d’expérience. Son animation offensive est aussi de grande qualité et ce n’est pas pour autant qu’ils défendent mal, parce qu’ils ont beaucoup le ballon. » Avec un objectif : empêcher les joueurs de Martinez de trop avoir la possession (doublement utile pour gagner et éviter les larmes de seum dans la foulée).

Et accessoirement aller embêter cette défense belge vieillissante, même si le capitaine des Bleus refuse de la sous-estimer. « Ce sont des joueurs expérimentés qui font partie de la base de l’équipe. Ce sont des grands leaders et j’ai nul doute que sur un grand match comme jeudi, ils évolueront à leur meilleur niveau. » Nos trois loustics de devant sont prévenus.