Incidents Nice-OM : L’OGC Nice « scandalisé » par des propos de la ministre des Sports

FOOTBALL Roxana Maracineanu a déclaré que « l’OGC Nice n’aurait pas porté plainte contre les fauteurs de troubles identifiés dans les incidents » du 22 août

F.Bi.
— 
La ministre Roxana Maracineanu, en octobre 2020
La ministre Roxana Maracineanu, en octobre 2020 — Jacques Witt/SIPA

Le match chaotique, le 22 août, entre Nice et Marseille, continue de cristalliser certaines tensions. Ce vendredi soir, l’OGC Nice, se dit « scandalisé par les dernières déclarations de Roxana Maracineanu ». La ministre des Sports, invitée de l’émission L’Equipe du Soir jeudi, a déclaré que « l’OGC Nice n’aurait pas porté plainte contre les fauteurs de troubles identifiés dans les incidents », rappelle le club. Et ça ne passe pas.

« Qu’une Ministre déléguée aux Sports puisse à la fois méconnaître le sujet sur lequel elle s’exprime et s’autoriser ensuite une déclaration aussi erronée sur un plateau de télévision est édifiant et inacceptable dans un contexte aussi sensible pour l’ensemble du football français », s’émeuvent les dirigeants de Nice.

« Ne pas parler sans savoir »

« Dès le lendemain [du match], la direction de l’OGC Nice avait en effet clairement pris ses responsabilités en indiquant que le club engagerait des poursuites envers les fauteurs de troubles identifiés par la police. Ce qu’elle fit, poursuivent-ils. Des faits facilement vérifiables pour qui se donne la peine de ne pas parler sans savoir. »

Un an d’emprisonnement dont six mois avec sursis ont été requis mercredi contre le supporteur niçois auteur d’un coup de pied vers Dimitri Payet lors des incidents ayant provoqué l’arrêt définitif du match de Ligue 1 de football Nice-Marseille fin août.

Un autre, accusé d’avoir fait un salut nazi, a été placé en détention provisoire en attendant son procès fixé le 13 octobre, pour « apologie de crime contre l’humanité ».