Equipe de France féminine : Après les forfaits d’Eve Périsset et Ella Palis, Diacre appelle Deslandes

FOOTBALL Avec des déplacements en Grèce et en Slovénie, les 17 et 21 septembre, les Bleues lancent leur campagne qualificative pour la Coupe du monde 2023

20 Minutes avec AFP
— 
Eve Périsset lors du barrage de la Ligue des champions entre Bordeaux et Wolfsburg, à Libourne le 8 septembre 2021.
Eve Périsset lors du barrage de la Ligue des champions entre Bordeaux et Wolfsburg, à Libourne le 8 septembre 2021. — DANIEL VAQUERO/SIPA

L’équipe de France de football doit composer avec l’infirmerie. La sélectionneuse Corinne Diacre a enregistré le forfait sur blessure des Bordelaises Eve Périsset (cheville) et Ella Palis (genou) lundi, au premier jour du rassemblement de rentrée des Bleues à Clairefontaine.

Touchée à un genou la semaine passée en barrages de Ligue des champions, la milieu Ella Palis reste « à la disposition » de Bordeaux durant la fenêtre internationale, a annoncé la Fédération française de football, « après échange entre les deux staffs médicaux ». Quant à la latérale droite Eve Périsset, « blessée à la cheville droite », elle est venue jusqu’à Clairefontaine-en-Yvelines, mais son forfait a été acté « après un examen complémentaire passé au centre médical », selon la FFF.

Plus que cinq milieux

L’ancienne Parisienne est remplacée numériquement par la Rémoise Océane Deslandes, déjà convoquée en avril à la suite de plusieurs cas de forfait, mais qui n’avait eu aucun temps de jeu contre l’Angleterre (3-1) et les Etats-Unis (défaite 2-0). Avec le forfait de Palis, le groupe tricolore ne compte plus que cinq milieux de terrain avec la Bordelaise Charlotte Bilbault, les Parisiennes Grace Geyoro et Léa Khelifi, Kenza Dali d’Everton et Sandie Toletti de Levante.

L’équipe de France lance sa campagne qualificative pour la Coupe du monde 2023 avec des déplacements en Grèce et en Slovénie, les 17 et 21 septembre, coup d’envoi d’une saison qui se terminera par l’Euro-2022 en Angleterre. La liste de rentrée a été marquée par l’absence d’Amandine Henry et d’Eugénie Le Sommer, la capitaine française au Mondial-2019 et la meilleure buteuse de l’histoire des Bleues n’ayant pas été retenue par la sélectionneuse.