Equipe de France : Après les portes ouvertes à l’Euro, le retour du béton ?

FOOTBALL Les joueurs de Didier Deschamps font leur rentrée ce mercredi soir à Strasbourg, contre la Bosnie-Herzégovine dans le cadre des qualifications à la Coupe du monde 2022

Thibault Gagnepain
— 
Si, si, cette conversation a vraiment eu lieu entre Didier Stéphan et son adjoint Guy Stéphan.
Si, si, cette conversation a vraiment eu lieu entre Didier Stéphan et son adjoint Guy Stéphan. — F. FIFE/AFP - Montage Paint
  • Quels Bleus verra-t-on ce mercredi soir à Strasbourg contre la Bosnie-Herzégovine ? Deux mois après l’élimination en huitième de finale de l’Euro, Didier Deschamps pourrait être tenté de changer ce qui n’a pas fonctionné.
  • Comment ? Avec un retour à un équilibre défensif qui avait jusque-là été le garant des succès passés.
  • « L’important, c’est l’équilibre et l’animation. Je ne suis pas inquiet : Didier sait faire. Il a déjà réagi et va réagir », assure l’ancien entraîneur de Montpellier René Girard

Finies les vacances, place à la rentrée. Ou, version foot, stop aux portes ouvertes, retour aux fondamentaux. Le premier match des Bleus post-crash de l’Euro pourrait être synonyme de rupture, ce soir à Strasbourg.

Pas vraiment au niveau du groupe, qui a peu évolué avec quatre nouveaux mais quand même huit absents par rapport à la précédente liste. Ni en ce qui concerne le staff, reconduit malgré cette piteuse élimination dès les huitièmes de finale contre la Suisse (3-3, 4-5 aux t.a.b). Non, c’est surtout en termes de philosophie de jeu que l’équipe de Didier Deschamps devrait vivre un véritable virage.

Le sélectionneur l’avait laissé entendre dans sa longue interview à L'Equipe publiée le 20 août. A la question de savoir ce qu’il avait manqué à ses Bleus par rapport à la Coupe du monde 2018, il avait répondu « la solidité défensive ». Avant d’en remettre une couche : « Je voulais qu’on essaye d’être un peu plus brillants en sachant qu’on allait être moins solides. A l’arrivée, il vaut peut-être mieux un peu moins brillants, mais plus solides. » Ça évite sûrement de prendre 6 buts en 4 matchs, soit autant qu’en 7 rencontres trois ans plus tôt en Russie…

« J’attends que l’équipe maîtrise le plus possible »

Mardi, en conférence de presse d’avant-match, le technicien a encore distillé quelques messages en ce sens. Comme lorsqu’il a déclaré « attend[re] que l’équipe maîtrise le plus possible ». « Le haut niveau, c’est mettre en difficulté l’adversaire. Mais quand on n’a pas le ballon, il faut être efficace et solide », a aussi rappelé « DD », sans évidemment communiquer son système de départ.

Il n’est pas risqué d’écrire que ce ne sera pas avec une défense à cinq contre la Bosnie-Herzégovine dans le cadre des qualifications à la Coupe du monde 2022. L’essai, raté dans les grandes largeurs face à la Suisse, avait été abandonné dès la mi-temps. Non, les Bleus devraient bien repasser à quatre derrière et, peu importe le schéma tactique, tenter de retrouver un équilibre perdu cet été. Celui qui lui avait tant apporté de succès.

« Moi, ça me convenait parfaitement ce qu’on voyait avant cet Euro. On sentait que rien ne pouvait arriver à cette équipe où tout le monde attaquait et défendait », réagit l’ancien coach des espoirs ou de Montpellier René Girard. « Il y a eu tout un tralala autour du fait qu’elle n’était pas assez pétillante mais comment peut-on critiquer une équipe championne du monde ? L’important, c’est l’équilibre et l’animation. Je ne suis pas inquiet : Didier sait faire. Il a déjà réagi et va réagir. »

« Que chacun apporte sa part de travail »

Comment ? Peut-être d’abord en demandant davantage d’efforts au trio de devant Mbappé-Benzema-Griezmann à la perte du ballon. Le dernier fait déjà très bien le boulot, parfois trop, quand le deuxième ne rechigne pas, dans un style différent de Giroud. C’est surtout comportement du Parisien, souvent pointé du doigt pour son peu d’entrain à la perte du ballon, qui sera surveillé. « Il faut que chacun apporte sa part de travail », insiste à ce sujet-là Girard, sans s’en prendre nommément à quelqu’un.

La solution de ce renouveau viendra aussi peut-être en redensifiant le milieu, privé de Rabiot (blessé) pour ces trois matchs de septembre. Tolisso a les qualités pour accompagner le duo Pogba-Kanté, qui a montré ses limites quand il n’est pas aidé par un troisième homme. D’autant plus quand l’infatigable joueur de Chelsea est justement fatigué.

Enfin, et ce n’est pas un détail, Deschamps pourra s’appuyer sur des habitués au poste de latéral gauche (Digne et T. Hernandez), là où il avait dû bricoler à l’Euro à cause des blessures. « Avec également un Pavard en demi-teinte, l’ossature avait été chahutée et ça n’a pas permis de rayonner collectivement », resitue l’entraîneur champion de France 2012. « On a vu le résultat… Maintenant, on doit revenir à nos bases et retrouver cette solidité. » Finies les vacances, place à la rentrée.