Messi à Paris : Leo voulait rester à Barcelone? Aidons-le à se sentir à Paris comme en Catalogne

FOOTBALL Parce que la vie à Paris peut offrir tout ce que propose Barcelone

W.P.
— 
Paint life
Paint life — 20 Minutes productions

Le football ne cessera jamais de nous surprendre. Après plus d’une décennie à s’aboyer dessus et à se haïr comme personne, voilà Sergio Ramos et Lionel Messi coéquipiers. Une récente preuve de magnanimité de l’ancien Merengue suggère même une forte amitié dans un avenir très proche :  selon El Pais, le défenseur central a proposé d’offrir le gîte et le couvert à l’ex-Blaugrana si d’aventure lui et sa famille préféraient être dans une maison plutôt qu’un hôtel en attendant que Messi trouve sa propre baraque.

Précisons ici que c’est la première fois depuis l’adolescence que l’Argentin se retrouve en terre inconnue. Si ça n’avait dépendu de lui, il serait resté à Barcelone, là où il a fait sa vie et où ont grandi ses enfants. Et comme tout ceci nous fait un peu de peine, on s’est creusé la tête pour rattacher la future vie parisienne de Leo à celle qui fut la sienne en Catalogne. Avec un peu d’imagination et de mauvaise foi, on arrive à quelque chose d’assez concluant.

Paris plage > Barceloneta

Dans son malheur, la Pulga a choisi le bon moment pour signer au Paris Saint-Germain. Pour la première fois de l’été, il fait un temps à peu près correct sur la capitale et Messi va donc pouvoir profiter de la plage parisienne avec Antonela et les petits. Deux options : les quais de Seine ou le bassin de la Villette. Dans les deux cas, ça sera forcément mieux que cette infamie de Barceloneta, la plage la plus surcotée de toute la Catalogne.

Paris Playa
Paris Playa - ISA HARSIN/SIPA

Desigual, la valeur sûre

Pour s’y pavaner en tout confort, et comme on connaît maintenant l’amour de Leo pour les slips de bain un peu trop colorés, on lui conseillera d’aller faire un petit tour du côté de Desigual, ambassade numéro une de l’hispanité à l’étranger devant l’ambassade d’Espagne elle-même. Comble du luxe, il peut naviguer entre cinq boutiques, des Quatre-Temps à Puteaux à Belle-Ep à Thiais. Notre chef de service, très fan de la marque, saura l’aiguiller dans ses choix au besoin.

Allumer la télé et voir Manuel Valls

Il est important, quand on déménage, de se raccrocher à des visages familiers, des amis, des repères. Angel Di Maria ou Neymar sont de ces gens-là, de même que Manuel Valls. L’ancien premier Ministre vaque autant à ses occupations de conseiller municipal de Barcelone qu’il apparaît sur les plateaux télévisés pour prôner encore plus de sécurité et de trucs pas super cool pour les Français qui n’évoluent pas à droite. Ce qui tombe plutôt bien pour Messi, qui aime bien partir de la droite pour rentrer sur son gauche. L’inverse de Manu, quoi.



Faire un tour du côté de Notre-Dame

Pour des raisons un peu différentes de Barcelone, Paris possède désormais également son édifice religieux incomplet. La seule différence entre la cathédrale de Notre-Dame et la Sagrada Familia étant que la première est en ruines et la seconde sur le point d’être finie. Enfin finie… un jour, quoi.

Aller dans le Val-de-Marne parce que…

« 9-4 c’est le Barça », comme l’a un jour dit Kery James dans le titre du même nom, avec des paroles qui évoquent le jeu de Leo Messi. Extrait choisi : « feinte de corps, petit pont, imite-moi fiston ». On lui conseillera le parc interdépartemental de Choisy ou le parc du Tremblay, au choix. Large choix de terrain et d’activités sportives en plein air.

Les tapas sont aussi à Paris

Une fois qu’il aura fait tout ça, Lionel aura forcément un petit creux. Et si Paris est une ville où manger un repas entier est possible, les hipsters ont décidé d’y importer cette merveilleuse invention que sont les tapas, qui vous permettent de grignoter sans jamais être rassasié. Mention spéciale pour le P’tit Barcelone, dans le 9e, où l’attaquant pourra aller verser sa petite larme en pensant au Camp Nou. Bienvenue à Paris, Leo.