JO 2021 - Aviron : L’exploit du bateau italien, médaillé malgré un rameur positif au Covid-19 le matin même

AVIRON L’Italie est parvenue à accrocher le bronze en quatre de pointe sans barreur malgré le contrôle positif de l’un des membres de l’équipe au réveil

Julien Laloye
— 
Le quatre de pointe sans barreur italien, le 28 juillet 2021 à Tokyo.
Le quatre de pointe sans barreur italien, le 28 juillet 2021 à Tokyo. — Darron Cummings/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Tokyo,

C’est l’autre exploit du jour sur le bassin Tokyo, après la superbe médaille d’or de nos Français Hugo Boucheron et Mathieu Androdias. Le quatre de pointe sans barreur italien a réussi à choper la médaille de bronze en fin de programme malgré un coup du sort qui aurait pu être fatal au réveil. Bruno Rosetti, l’un des membres d’équipage de ce quatuor rodé depuis Rio, apprenait au petit-déjeuner qu’il avait été contrôlé positif la veille au Covid-19 et qu’il ne pourrait pas participer à la finale du jour !

Un contrôle positif le matin de la course

« Ce matin on prenait le déjeuner avec Bruno, et quelques secondes plus tard, il recevait un appel du docteur pour lui dire qu’il avait été contrôlé positif la veille », expliquait Matteo Castaldo après coup. Heureusement, ses trois équipiers, retestés immédiatement après la mauvaise nouvelle, étaient autorisés au dernier moment à participer à la course grâce aux résultats négatifs. « Le rameur positif a été immédiatement isolé et toutes les précautions ont été prises autour de l’équipe italienne », nous a précisé la fédération internationale d’aviron.

C’est donc Marco Di Costanzo, remplaçant en marge des entraînements collectifs depuis deux mois, qui a dû faire le quatrième larron en catastrophe. « Ce qui s’est passé ce matin est très difficile, mais on ne pouvait rien y faire. Dans ces cas-là, il faut y aller et pousser, pousser, pousser sur les rames et espérer que tout va bien se passer ». A la surprise générale, ça se passe plutôt bien, avec un bateau italien lancé comme un boulet dans les 30 derniers mètres avant un autre obstacle imaginé par le destin. Le bateau britannique, champion olympique, déviait de sa ligne, et ses rames venaient heurter celle de l’Italie.

« Ça nous a clairement désavantagés à ce moment-là parce qu’on remontait mètre par mètre, on n’arrivait presque plus à diriger le bateau sur la fin de course, regrettait Giusipe Vicino. Sans ça, on aurait pu jouer l’or, mais au vu de ce qui s’est passé, c’est une très belle médaille pour nous ». Inespérée, même.