Sport féminin : Le combat d’Alice Milliat, inventrice des Jeux Olympiques féminins

SPORT Chaque jour, « 20 minutes » vous propose des vidéos réalisées par son partenaire Brut 

20 Minutes avec Brut
— 
La  ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, passe devant un portrait de l'athlète et pionnière, Alice Milliat, lors de la cérémonie d'inauguration d'une statue hommage à Milliat, à la Maison du sport français qui abrite le Comite national olympique et sportif français, à Paris, le 8 mars 2021.
La ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, passe devant un portrait de l'athlète et pionnière, Alice Milliat, lors de la cérémonie d'inauguration d'une statue hommage à Milliat, à la Maison du sport français qui abrite le Comite national olympique et sportif français, à Paris, le 8 mars 2021. — FRANCK FIFE / AFP

Alors que les Jeux olympiques modernes existent depuis 1896, ce n’est que depuis 1928 que les femmes peuvent y participer. Et cela, grâce à Alice Milliat. La sportive, première femme à avoir parcouru 80 kilomètres sur la Seine en moins de douze heures, a œuvré tout au long de sa vie pour faire évoluer le modèle sportif français.

Devenue la présidente de Femina sport en 1915, le premier club omnisports féminin, Alice Milliat se bat pour que les femmes puissent assister aux Jeux olympiques. Mais en 1920, le comité ne les accepte toujours pas. « Le véritable héros olympique est à mes yeux l’adulte mâle individuel », dira même Pierre de Coubertin, le créateur des Jeux modernes. Qu’à cela ne tienne, la féministe décide de créer ses propres jeux mondiaux féminins, en 1922 à Paris. Cet événement sera un tel succès populaire que les Jeux olympiques acceptent la participation des femmes en 1928.

Aurélie Bresson, présidente de la fondation Alice Milliat, revient sur la vie de cette pionnière du droit des femmes dans la vidéo de notre partenaire Brut.