JO Tokyo 2021: Naomi Osaka a allumé la vasque olympique, les Jeux sont officiellement ouverts… Revivez la cérémonie d’ouverture en direct

LIVE Même si certaines épreuves ont déjà commencé, les Jeux olympiques de Tokyo débutent officiellement ce vendredi 

N.S.
— 
Naomi Osaka, dernière relayeuse de la flamme, a allumé la vasque olympique ce vendredi au stade olympique de Tokyo. Place aux sports.
Naomi Osaka, dernière relayeuse de la flamme, a allumé la vasque olympique ce vendredi au stade olympique de Tokyo. Place aux sports. — Franck Fife / AFP

CEREMONIE D'OUVERTURE DES JO DE TOKYO

16h51: Nous allons nous quitter après quatre heures de bonheur et de longueurs. Je vous souhaite d'excellents Jeux olympiques en notre compagnie et notamment celle de nos envoyés spéciaux Julien et Nicolas. Bonne fin de journée !

16h49: Encore des feux d'artifice. Malgré d'indéniables longueurs, dans les tableaux et les discours, la cérémonie est montée crescendo pour finir en beauté avec la présence de Naomi Osaka, adulée au Japon.

16h47: La joueuse de tennis de 24 ans, de mère japonaise et de père haïtien, monte les dernières marches de cette allégorie du Mont Fuji pour allumer cette splendide vasque. C'EST FAIT ! PLACE AU SPORT !

16h46: C'EST NAOMI OSAKA QUI VA ALLUMER LA VASQUE !!!

16h44: Elle donne la vasque à six enfants et adolescents originaires de la région de Fukushima, touchée par une catastrophe nucléaire en mars 2011.

16h42: Wakako Tsuchida, championne paralympique, se dirige vers la vasque en fauteuil roulant.

16h41: Mais qui va allumer la vasque ? La rumeur Naomi Osaka va-t-elle se vérifier ?

16h38: Les derniers relayeurs s'approchent de la vasque olympique, au son du Boléro de Ravel.

16h36: Ah ! Des images du tracé de la flamme, depuis son départ d'Olympie, puis à travers le Japon. On n'est plus très loin de la fin de la cérémonie.

16h35: « Quand tradition rime avec modernité »… Non ce n’est pas le slogan éculé de l’office de tourisme de Tokyo. Mais voici un spectacle de Kabuki, théâtre traditionnel japonais, sur un fond musical de piano jazzy.

16h32: Petit sketch avec un employé d'une centrale électrique (?) qui allume tour à tour tous les monuments de Tokyo. C'est un peu plus funky que le début de la cérémonie, il y a déjà 3h30...

16h31: La flamme, la flamme, la flamme !!!

16h30: Et voilà, les 50 pictogrammes ont été présentés. C'était super.

16h25: Et voici les pictogrammes qui représenteront toutes les disciplines pendant ces JO. Il y a un artiste qui les mime tous, aidé par des complices qui lui fournissent le matos.

16h24: Bon, on passera sur l'intermède des mimes, qui pratiquent un art auquel je suis assez hermétique. 

16h23: Fini les lâchers de vraies colombes, protection animale oblige. Place aux oiseaux de papier et de lumière.

16h22: Va falloir oui.

 

16h18: Et maintenant ce sont des militaires qui prennent le relais et montent les escaliers vers le mât où le drapeau olympique est hissé pour flotter jusqu'à la fin des JO, le 8 août. Au son de l'hymne olympique, entonné par de jeunes gens de Tokyo et de Fukushima. Les symboles, toujours.

16h17: Le drapeau olympique est transmis aux « travailleurs essentiels japonais » qui ont lutté et luttent contre le Covid-19.

16h15: Des représentants des cinq continents et de l'équipe olympique des réfugiés transportent le drapeau olympique.

16h15: Depuis la tribune présidentielle, ou plutôt impériale, Naruhito, l'empereur du Japon, déclare ouverts ces Jeux. Feux d'artifice. 

16h13 : « Le CIO a adapté la devise olympique : "Plus vite, plus fort, plus haut, ensemble" ».

16h07 : « Nous avons besoin de plus de solidarité au sein des sociétés et entre les sociétés »… « Rendez le monde meilleur grâce au sport »… « Sans solidarité, il n’y a pas de paix »… Thomas Bach s’adresse ensuite à l’équipe olympique des réfugiés, qui sont « un enrichissement pour la société ».

16h06: Explications.

 

16h02 : « Nous ne pouvons être tous ensemble ici que grâce à vous », explique Bach qui assure le peuple japonais de « toute son estime et son respect ». Même si l’opinion publique de l’archipel n’était pas très pressée d’accueillir les Jeux… Le patron de l’olympisme rappelle le drame de Fukushima, la situation sanitaire et remercie les volontaires.

16h: Place à Thomas Bach, le président du CIO. 

15h59: Le spectacle avec les drones dont je vous parlais il y a quelques minutes.

 

15h55: Seiko Hashimoto, présidente du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo 2020, commence. Je vous fais signe si elle dit des trucs inattendus. 

15h54: Et maintenant, le moment préféré de toutes et tous: LES DISCOURS OFFICIELS !!! Ouaiiiis...

15h50 : Après les enfants, ce sont des stars de tous les continents (Keith Urban, Angélique Kidjo,…) qui reprennent l’hymne pacifiste de John Lennon. On est clairement dans la phase « nous sommes tous des frères et des sœurs malgré nos différences » communes à toutes les cérémonies, avant que les athlètes ne s'étripent sur les parquets, les pistes ou dans les bassins.

15h49 : « Imagine there’s no countries »… Ben, je veux bien, mais il n’y aurait pas de JO alors.

15h47: Et les drones sont désormais en formation pour dessiner la Terre. Joli. Des enfants reprennent Imagine de John Lennon. 

15h45: Là, on est sur un tableau avec des gens qui disent bonjour en poussant des parallélépipèdes pour former  le logo des Jeux. Pareil dans le ciel, mais sans les humains, juste des drones...

15h43: Très réussi et émouvant ce passage avec la Hongroise Ágnes Keleti, la doyenne des championnes olympiques (100 ans), sur fond d'images d'archives et de futurs champions.

15h41: Le serment olympique où l'on parle de toutes les belles vertus que doit véhiculer le sport. Un peu comme les figures imposées au patinage artistique.

15h38: Nouveau feu d'artifice. La folie, on vous dit.

15h37: Tout le monde fait «coucou» aux caméras. Le défilé est terminé, on va pouvoir passer à autre chose.

15h34: Et le Japon à présent !!! On finit (enfin presque) en trombe là. Le stade est en furie, il y a des rires et des larmes (non).

15h31: LA FRAAAAAAAAAAAAAAAAAAANCE. Avec un Samir Aït Saïd qui signe une splendide pirouette arrière (oui, je suis nul en gym) et joue les chefs d'orchestre.

15h30: Les Etats-Unis !!! Tout en discrétion, vous imaginez bien. Jill Biden, la « First Lady », est présente dans les tribunes.

15h29: Et les figurants qui continuent à agiter les bras et à applaudir. Quelle abnégation !!!

15h27: Jelena Ostapenko, qui distribue les gifles au tennis comme mon boulanger ses chocolatines, est la porte-drapeau de la Lettonie.

15h25: Et maintenant la Mongolie. L'occasion de partager cette splendide reprise de Metallica par The Hu.

 

15h22: Le prince Albert est présent pour accueillir la délégation monégasque. Dommage, la F1 n'est pas discipline olympique.

15h21: Le Mexique ! Oui, le pays qui a torpillé les Bleus de Gignac et Thauvin hier matin

15h16: Le Malawi ! Saviez-vous que le TFC a accueilli le premier footballeur (et seul à ce jour) de ce pays à avoir évolué en France ? Ernest Mtawali. Toujours bon à ressortir en soirée.

15h14: « POR-TU-GAL, POR-TU-GAL »… Ils sont à fond.

15h11: Au tour de la Belgique, avec l'heptathèle Nafissatou Thiam et le hockeyeur sur gazon, Felix Denayer.

15h09: Et vous là, au fond. Oui, vous... On ne s'endort pas !!! Un peu de musique pour réveiller tout ça.

 

15h05: Le Brésil est amené par le volleyeur Bruninho. Tous en tongs !

15h01: On vous remet un peu de Pita Taufatofua, pour rompre une certaine monotonie.

 

15h : Et les Bermudes qui défilent en bermuda... Avec des chaussures de ville et des chaussettes longues. C'est un style.

14h59: Et encore un torse nu, avec le porte-drapeau des Vanuatu. Sans oublier les tongs.

14h58: Sans surprise, les athlètes masculins du Panama portent un chapeau.

14h52: Le porte-drapeau des Tonga est de retour, déjà présent en 2016 et aux Jeux d'hiver 2018 (si si) : torse nu enduit d'huile et pagne, voici Pita Taufatofua, spécialiste du taekwondo. 

14h50: Petite danse des porte-drapeaux dominicains, suivi d'athlètes tout heureux d'être là qui font des coucous à la famille restée au pays (il n'est pas tout à fait 9 h à Saint-Domingue).

14h48: Thomas Bach au bord de l'extase: le pays du président du CIO défile. Pas fan des gilets kaki, mais après tout, qui suis-je pour juger ?

14h45: La Chine, avec la volleyeuse Zhu Ting et le taekwondoïste Zhao Shuai comme porte-drapeaux. Forcément, ça change de Saint-Kitts-et-Nevis, au niveau de la taille de la délégation.

14h42: Comme me le fait observer une collègue, les figurants qui accueillent les délégations sont assez énormes. Ils bougent les mains et dansent sans s'arrêter, pendant que les gens sont assis autour d'eux.

14h40: L'esprit olympique, messieurs-dames !!!

 

14h37: Je crois que l’écharpe du Sénégal portée par les athlètes dans ce défilé va devenir un « must have », comme on ne dit pas à Dakar.

14h35: Je ne dis pas que les délégations déjà en place s'ennuient. Mais je vois beaucoup de monde assis par terre en train de zyeuter son portable.

14h33: Et voici le pays qui va encore nous torcher en sports co. Ils aiment la sangria, les tapas et les braquages interminables avec beaucoup de gros mots dedans.... L'ESPAGNE !!!

14h31: Oulà, ça manque d'enthousiasme côté suédois. On fait tourner les drapeaux avec beaucoup moins d'entrain que Patrick Sébastien les serviettes.

14h27: Et voici le comité olympique russe, qui défile derrière le drapeau adéquat pour de sombres histoires de dopage. Rien à voir avec la Russie bien sûr. Les tenues sont neutres, mais à dominante rouge tout de même, faut pas pousser.

14h25: Le porte-drapeau des Samoa, j'avoue ne pas savoir qui c'est, mais vu le gabarit, ce n'est pas un gymnaste.

14h23: Pour éviter les tendinites à force d'agiter le drapeau, certains athlètes les glissent dans leur chevelure. Malin (encore faut-il avoir la toison adaptée).

14h19: Un rappel.

 

14h17: Huis clos ou pas, ça fait bien plaisir de voir tous ces athlètes contents d'être là, après cinq ans d'attente tout de même.

14h15: Chapeau et manteau pour le Kirghizistan, alors qu'il doit faire plus de 30°C. Courageux.

14h14: Il commence à y avoir du monde sur la pelouse bâchée du stade olympique de Tokyo. Pas gagné pour la distanciation sociale tout ça.

14h13: La Guinée est bien là, après avoir changé d'avis au dernier moment. Pas de Fodé Mansaré, hélas.

14h12: Petit point mode pour le Cameroun, avec un sublime costume traditionnel, mais un masque chirurgical comme celui que je mets pour aller à Bricomarché. Dommage de ne pas avoir assorti tout ça, comme d'autres délégations.

14h11: La porte-drapeau du Canada, la basketteuse Miranda Ayim, a joué à Toulouse. C'est tout pour moi.

14h08: Pour ceux qui se demandent dans quel ordre défilent les délégations, cela dépend du nom du pays dans la langue du pays organisateur, donc le Japon. Et ensuite, hop, c'est par ordre alphabétique.

14h03: Les Australiens à la cool, presque un cliché. Short et chemisette pour les garçons, jupe et bras nus pour les filles. Cristina Cordula a éteint la télé (qu'elle vienne donc sur ce live !)

14h02: Les Salvadoriens incitent la foule à s'enflammer. Ils sont au courant qu'il y a moins de 1.000 personnes ?

14h01: Deux athlètes seulement défilent pour l'Ethiopie. Mais leurs tenues sont magnifiques.

13h58: La Grande-Bretagne avec comme porte-drapeau Moe Sbihi, champion olympique d’aviron et 2,02 m sous la toise, au côté de la « petite » Hannah Mills (voile). Costaud le bateau… Sinon, toujours un plaisir de voir défiler côte à côte des Anglais, Gallois, Ecossais et Nord-Irlandais, pas vraiment les meilleurs amis du monde le reste du temps. La magie olympique…

13h57: Un petit zoom sur l'équipe des réfugiés, qui défile pour la deuxième fois de l'Histoire.

 

13h53: En Ukraine, sachez qu'on a sorti le short et, parfois, la banane autour de la taille. On ne leur a pas dit qu'ils ne pourraient pas faire de tourisme ?

13h51: Je crois que la moitié de l'Italie s'est déplacée. Un monde fou dans le défilé, avec un logo en forme de Babybel rouge et vert.

13h49: Entre deux délégations, voici un petit papier sur une pratique typiquement japonaise.

 

13h47: Andorre défile à son tour. Comme il l'avait dit, Julian Alaphilippe est absent.

13h45: LES ARGENTINS METTENT L'AMBIANCE. Ils sautent partout. Je ne vous cache pas que ça fait du bien car c'était bien guidé jusqu'à présent.

13h44: Déjà que je connais pas forcément tous les athlètes (oui, je l'avoue), je ne vous cache pas que les masques n'arrangent rien. En tout cas, les smartphones sont de sortie, pour immortaliser les tribunes vides.

13h43: Ah tiens, les Emirats Arabes Unis n'ont pas trouvé de femme comme porte-drapeau.

13h40: Forcément, quand on est habitués aux délégations maousse des Jeux précédents, il y a peu de monde sur la pelouse. Les athlètes défilent sur des musiques de jeux vidéo. J'espère que la France aura droit à Sonic ou Mario. 

13h39: Logiquement, la Grèce ouvre le bal, juste devant l'équipe des réfugiés. Pour la première fois cette année, il y a deux porte-drapeaux, un homme et une femme.

13h37: Les athlètes arrivent (enfin diront certains). Et c'est annoncé d'abord en français, LA langue olympique.

13h34: Un hommage est rendu à Muhammad Yunus, le prix Nobel de la Paix 2006, inventeur du microcrédit. A noter le très bel anglais de Tony Estanguet, qui n'est pas sans rappeler celui de Cyril Abiteboul, l'ancien DG de Renault F1 Team que les fidèles de la série Netflix sur la Formule 1 connaissent bien.

13h32: Les anneaux olympiques débarqués escortés de lanternes magiques sont en bois. D'après mes collègues de France 2, ils viennent d'arbres plantés lors des précédents Jeux de Tokyo en 1964.

13h28: Petit numéro de claquettes maintenant. Je vous live (et livre) ça comme ça vient sur l'écran hein, je n'ai pas une grosse habitude de ce type de cérémonies. A part la Cinéscénie du Puy-du-Fou en 2014, mais je ne sais pas si ça compte.

13h25: Après les commémorations, la reconstruction. Des menuisiers-acrobates-danseurs bâtissent des structures en bois dans le stade olympique. Et comme les Jeux se veulent inclusifs, il y a des personnes en fauteuil roulant pas trop loin.

13h23: Une minute de silence pour les athlètes victimes du Covid et les Israéliens assassinés lors des Jeux de Munich en 1972.

13h20: C'est la chanteuse MISIA, une star au Japon, comme Alain Delon, qui a interprété l'hymne national.

13h17: Les forces japonaises d'autodéfense hissent le drapeau. Entre le Covid et le souvenir de l'accident nucléaire de Fukushima, on sent qu'on n'est pas forcément partis pour une énorme partie de déconnade.

13h14: Des athlètes japonais célèbre ainsi qu'un membre du personnel soignant portent le drapeau japonais sur une musique douce. Sport et Covid, encore et toujours.

13h13: L'empereur du Japon Naruhito et le président du CIO Thomas Bach arrivent en tribune officielle. J'espère qu'ils n'ont pas raté le début, ce serait dommage.

13h09: Des dizaines de figurants reliés par des fils rouges sont maintenant à l'oeuvre pour, semble-t-il, représenter le travail du corps à l'effort. 

13h07: Y a du monde un peu partout qui court, fait semblant de s'envoyer des balles et saute, avec des cercles de lumière qui se baladent façon Puzzle Bobble.

13h05: FEU D'ARTIFICE !!! Puis on découvre des femmes sur un tapis de course, un vélo d'appartement, un homme sur un rameur. On dirait presque une pub pendant le Tour de France.

13h04: Un compte à rebours très conceptuel est lancé, avec des images d'à peu près tous les sports olympiques.

13h02: Flash-back depuis 2013 et le choix de Tokyo comme pays hôte des Jeux de 2020, qui ont donc lieu en 2021.

13h01: Une graine stylisée, une femme seule dans l'obscurité du stade (c'est le soir au Japon)...

13h: Allez, ça commence !

12h56: Une quarantaine de médailles. C'est l'objectif fixé par Emmanuel Macron aux athlètes français sur France 2. Le président de la République est présent à Tokyo, trois ans avant les JO de Paris.

12h54: Avant cette cérémonie, n'oublions pas que trois de ses artisans ont dû récemment démissionner pour des motifs variés, mais pas très glorieux dans l'ensemble.

 

12h48: Julien, l'un de nos envoyés spéciaux au pays de Gen Shoji et de Naomi Osaka, est en place.

 

12h45 : De retour après un repas aussi équilibré que nourrissant. Allez, un petit papier maison pour commencer. Non, ne partez pas tout de suite !

 

BONJOUR A TOUTES ET TOUS. Oui, les compétitions de foot (coucou Sylvain Ripoll !), de softball et d’autres disciplines ont déjà commencé. Mais les JO de Tokyo démarrent officiellement ce vendredi dans le bien nommé stade olympique. Comme le reste de ces Jeux​, la cérémonie d’ouverture aura lieu à huis clos, ou plus exactement devant quelque 950 chanceuses et chanceux, invités et journalistes, dont le sémillant Julien de 20 Minutes.

Ce qui revient à peu près au même dans une enceinte de 68.000 places. On nous promet une cérémonie « sobre » et « très japonaise », ce qui veut à la fois tout dire et rien dire. Mais bon, c’est le propre de ce type d’événement de nous réserver des surprises.

» ON SE RETROUVE DES 12h45 (heure française bien sûr, c’est-à-dire 19h45 à Tokyo)