OL-PSG : Les Lyonnaises ne trouvent pas la clé et laissent échapper pour de bon un 15e titre consécutif en D1

FOOTBALL FEMININ Peu inspirées, les joueuses de Sonia Bompastor n’ont jamais réussi à déborder un PSG très solide, ce dimanche (0-0), et désormais à une victoire d’un premier titre de champion de France

Jérémy Laugier
— 
D1 féminine: Le débrief d'OL-PSG (0-0) — 20 Minutes
  • En concédant le nul (0-0) contre le PSG, ce dimanche soir au Parc OL, les Lyonnaises (2es à un point de Paris) s’éloignent clairement d’un 15e titre de champion de France consécutif.
  • Jamais dominatrices durant cette véritable finale de D1, les joueuses de Sonia Bompastor ne peuvent plus espérer qu’un miracle de la part de Dijon (8e), qui se rendra à Paris vendredi (20 heures 45) lors de la dernière journée du championnat.
  • Au bout d’un match globalement ennuyeux, et surtout d’une inattendue saison sans titre, l’OL doit réfléchir à son renouvellement.

Au Parc OL,

La passation de pouvoir prend forme pour de bon en D1 féminine. Accroché (0-0) par un PSG dominateur, ce dimanche dans son stade, l’OL reste un point derrière les Parisiennes à une journée de la fin. Il faudrait donc un petit miracle vendredi prochain pour que les partenaires de Wendie Renard remportent leur 15e titre de championnes de France de rang.

L’OL d’emblée dans le dur

Est-ce l’impact psychologique des deux défaites concédées cette saison face à son habituelle victime préférée qui explique cette fébrilité lyonnaise ? Après seulement cinq minutes de jeu, Kadidiatou Diani a ainsi manqué une énorme balle de 0-1, avec une tentative repoussée par Sarah Bouhaddi. Les meilleures opportunités de la rencontre ont d’ailleurs presque toutes été pour le PSG, entre Sandy Baltimore (11e), Ramona Bachmann (23e, 45e), puis encore Diani (38e, 66e) et Signe Bruun (62e). Hormis sur un duel mal négocié par Sakina Karchaoui face à Christiane Endler (40e), l’OL n’a jamais vraiment été en position de déborder ce PSG-là. Le remplacement sur le banc de touche de Jean-Luc Vasseur par Sonia Bompastor, le 27 avril, n’a pas suffi aux Lyonnaises pour changer de visage dans ce sprint final.

Un sommet décevant

Attendu électrique mais aussi passionnant, surtout après l’inattendue qualification parisienne dans ce même stade en Ligue des champions un mois plus tôt (1-2), ce match n’a pas été à la hauteur de nos attentes. Très haché, celui-ci n’a jamais dépassé la dimension d’une intensité incontestable dans les duels.

La fin de règne est quasi actée

Jacques Chirac était encore président de la République lors de la dernière saison de championnat non remportée par les Lyonnaises. Ça en dit long sur la sensation qui attend officiellement l’OL vendredi, avec une incroyable série stoppée à 14 sacres consécutifs en D1. On ne peut pas imaginer un instant que le PSG s’écroule lors de la dernière journée, en accueillant la modeste équipe de Dijon (8e). Qualifiée de « légendaire » par Jean-Michel Aulas, l’été dernier après sa cinquième Ligue des champions remportée de rang, cette équipe lyonnaise va vraiment avoir besoin d’être renouvelée après une inattendue saison sans le moindre titre. Les deux premières recrues annoncées ces derniers jours par RMC Sport seraient… les Parisiennes Christiane Endler et Signe Bruun.