PSG-Saint-Etienne : « Un surplus d'énergie pour le titre », Paris peut-il paumer le titre après un miracle pareil ?

FOOTBALL La victoire in extremis des Parisiens après un ddernier quart d’heure irrationnel contre les Verts ressemble à un tournant dans la course au titre (3-2)

Julien Laloye
— 
Mbappé et Icardi ont sauvé Paris face à Saint-Etienne.
Mbappé et Icardi ont sauvé Paris face à Saint-Etienne. — Francois Mori/AP/SIPA

Au Parc des Princes,

Christophe Galtier en train de s’ouvrir une veine au couteau à beurre dans sa cuisine. Niko Kovac en PLS quelque part dans un couloir du Matmut machin chose avant le match de Monaco à Bordeaux. Roudi Garcia qui insulte des mamans stéphanoises en espagnol depuis un Ibis nantais quelconque. Voilà dans les grandes lignes comment on imagine les adversaires du PSG dans la course au titre après cette fin de match de dingos à revendre la Ligue 1 deux milliards à Mediapro.

À la 80e, Paris avait un peu près tout perdu, à la 92e, Pochettino et la tribune de presse toute entière avaient envie de baffer Bakker, d’une mollesse impardonnable devant Hamouma, et à la 95e, Icardi faisait tourner les serviettes malgré une entrée scandaleuse et une condition physique de papy centenaire après un Covid long. Placide comme à son habitude, ce qui peut ressembler à une qualité dans le cas présent, Pochettino a souri quand on lui a demandé s’il avait eu une pensée pour ses homologues de Lille ou Monaco devant le dénouement de l’après-midi au Parc.

Un dénouement qui file un coup au moral aux adversaires

« Je ne crois pas qu’ils aient cassé leur télé non plus, c’est la beauté de ce sport qu’on aime tant ce genre d’émotions contraires, aujourd’hui c’est arrivé pour nous, mais la semaine prochaine, ce sera peut-être en notre défaveur ». Mais quand même, ça leur file un sacré coup sur la tronche dans la course au titre, non, cette victoire sur le gong ? « Je ne sais pas si c’est une victoire de champion de France, mais c’est une victoire de la volonté, de toujours y croire, de ne pas se rendre. L’équipe a beaucoup de qualités, et le caractère et la personnalité en font partie. Ces trois points nous donnent un surplus d’énergie évident dans la course au titre ».

Parlant de personnalité, il faut parler encore et encore des énormes cojones de Kylian Mbappé. On réduit parfois l’idée d’un départ pour le Real Madrid à une forme de jeu politique qui imprimerait le statut ou le non-statut du PSG à l’échelle européenne, mais Mbappé, c’est d’abord un rendement de char d’assaut sur le terrain, sans qui le PSG ne finirait même pas en Ligue Europa en mai. 34 pions sur la saison, 41 buts sur ses 48 derniers matchs de L1, rien que ça. Il n’est pas dans le coup du but vainqueur, mais malgré les matchs qui s’accumulent, malgré 80 minutes à galérer contre Sainté, le goldorak de Bondy a renversé l’affaire tout seul en deux minutes, avant même que le match ne bascule dans l’irrationnel. Un contrôle soyeux sur l’égalisation et un penalty qu’il était allé chercher comme un grand sur sa vitesse de pointe.

« On n’a pas lâché, on a eu envie de gagner car le championnat est extrêmement important pour nous, c’est un objectif primordial », a expliqué le jeune homme sur Canal. Si certains au club prennent la L1 par-dessus la jambe après tant d’années, ce qui reste à prouver, ce n’est pas le cas du champion du monde qui doit avoir encadré chez lui son premier flocon de colo aux sports d’hiver.

« Ce serait le dixième du club et on veut participer à l’histoire du club. On veut gagner, on veut gagner, on est des compétiteurs. Les gens pensent que c’est facile de gagner, ben cette année ça tombe bien il y a une course au titre, ça montre que ce n’est pas facile ce qu’on a fait les dernières années ».

Pochettino en a même profité pour nous faire le coup d’un « football français de plus en plus compétitif aux yeux du monde », une faribole qu’on a fait la politesse d’avaler sans moufter. C’est que Paris va trouver le moyen de gagner cette Liguain avec plus de défaites que sur les dix dernières saisons cumulées ou pas loin.