Haute-Savoie : Accro au « vol de précision », Valentin Delluc régale dans une vidéo démente de speed riding à Avoriaz

SPORT EXTREME « From Avoriaz with love », la nouvelle vidéo hyper spectaculaire du speed rider haut-savoyard de 28 ans, a déjà été vue plus de 25 millions de fois sur le web

Jérémy Laugier

— 

Valentin Delluc a survolé à de nombreuses reprises la station d'Avoriaz 1800, le mois dernier, pour son nouveau projet vidéo.
Valentin Delluc a survolé à de nombreuses reprises la station d'Avoriaz 1800, le mois dernier, pour son nouveau projet vidéo. — Oliver Godbold / Red Bull Content Pool
  • Le speed riding est une discipline très spectaculaire alliant ski freeride et parapente.
  • Haut-Savoyard de 28 ans et double champion de France de speed riding, Valentin Delluc vient de mettre en ligne la semaine passée sa nouvelle vidéo From Avoriaz with love.
  • Ce court-métrage de 2 minutes se déroule en février dans la station d’Avoriaz (Haute-Savoie), où Valentin Delluc prend un malin plaisir à effleurer les bâtiments et à slider sur le câble du télésiège.

C’est à Avoriaz que Valentin Delluc s’est retrouvé pour la première fois avec des skis aux pieds à l’âge de 3 ans. A 28 ans, c’est toujours dans cette station haut-savoyarde qu’il vit sa passion, mais de manière plus aérienne. Dans From Avoriaz with love, son dernier projet vidéo mis en ligne la semaine passée, l’athlète s’en donne à cœur joie en speed riding, à savoir du ski freeride accompagné de sa voile. On le voit en train de frôler de ses skis les toits des immeubles et de multiplier de spectaculaires tricks pendant deux minutes.

Fils d’un pisteur d’Avoriaz 1800, Valentin Delluc a découvert le parapente à 11 ans. Amateur de ski freestyle à l’adolescence, il observe avec méfiance son frère aîné Anthony faire du speed riding. « Je me disais alors que c’était super dangereux », se souvient-il. Le décès en 2010 d’Anthony, à 22 ans, dans un accident d’ULM, pousse vite Valentin (alors âgé de 18 ans) à « vouloir découvrir les sensations et le délire du speed riding ». Bien lui en prend puisqu’il devient champion de France de la discipline en 2015 et 2016, lors des deux dernières éditions avant l’arrêt progressif des compétitions.

« Ça fait un peu l’effet d’un feu d’artifice »

Là où une voile de parapente classique mesure 22 m2, celle de speed riding se trouve entre 6 et 8 m2, ce qui permet à Valentin Delluc de fuser entre 100 et 140 km/h. Egalement passionné de wingsuit, cet instructeur ULM se lance dans des projets vidéo, surtout depuis le début de sa collaboration avec Red Bull en 2016. Habitué à voler autour de Morzine et Avoriaz, ou depuis le glacier des Bossons et l’aiguille du Midi, il est capable d’enchaîner 13 runs de 2 minutes maximum dans la même journée. Il détaille sa vision du speed riding.

Ça nécessite une grande concentration, il faut tout calculer. Le but est de rider sur des grosses barres rocheuses jamais tracées, ce qui déclenche des avalanches. Ça part en « sluff », ça fait un peu l’effet d’un feu d’artifice. Je dois alors rider suffisamment vite pour me dégager de l’avalanche. Je pars tôt le matin et quand je monte dans la télécabine pour accéder à un sommet, j’observe minutieusement la montagne pour tenter de m’assurer qu’il n’y a pas d’alpinistes. »

« Le "wall ride" est un peu ma marque de fabrique »

Celui qui réalise deux ou trois vidéos chaque année rappelle que derrière ces 2 minutes de rendu final en vidéo, il y a neuf jours de tournage, des dizaines de runs pour obtenir la bonne séquence finalisée, et deux drones. Mi-février, il s’élance donc à 2000 m d’altitude, juste au-dessus du village d’Avoriaz 1800. Il vole encore à plus de 70 km/h lorsqu’il décale sa voile sur le côté pour pouvoir toucher un mur avec ses skis.

Le speed riding permet à Valentin Delluc d'allier sa passion du ski freeride et celle du parapente.
Le speed riding permet à Valentin Delluc d'allier sa passion du ski freeride et celle du parapente. - Oliver Godbold / Red Bull Content Pool

« Le wall ride est un peu ma marque de fabrique, c’est hyper technique, souligne Valentin Delluc. J'adore le vol de précision dans le speed riding, je dois régler mon virage à 150 m du bâtiment. » Grâce à From Avoriaz with love, le speed rider de Morzine pimente un hiver sous le signe du Covid-19. « Au lieu de subir la fermeture des remontées mécaniques, on s’est dit qu’il fallait trouver une idée sympa, explique-t-il. C’est chouette car habituellement, on ne voit personne quand on s’élance à 3.800 m d’altitude. Là, les gens nous encourageaient en prenant leur café sur le balcon. Et c’était le bon timing pour slider sur le câble d’un télésiège. »

Le surfeur américain Kelly Slater séduit par le projet de Valentin Delluc

Il s’agit de la séquence préférée de Valentin Delluc dans ce projet, alors que son frère Anthony aimait lui aussi ce trick. Seul « petit trucage » des 2 minutes de folie de From Avoriaz with love, c’est en fait une motoneige cachée qui le tire pour lui permettre de s'envoler à nouveau et non la calèche. Pour le reste, l’athlète de 28 ans va très vite, et file très près du sol, dans les routes sinueuses et enneigées de la station.

Valentin Delluc s'est notamment fait plaisir en slidant sur le câble du télésiège d'Avoriaz.
Valentin Delluc s'est notamment fait plaisir en slidant sur le câble du télésiège d'Avoriaz. - Oliver Godbold / Red Bull Content Pool

La créativité de Valentin Delluc a permis au court-métrage d’être vu plus de 25 millions de fois en huit jours sur les différents réseaux. Certains « relais » de la vidéo se révèlent inattendus. Parmi lesquels le coureur automobile Pierre Gasly, ainsi que les surfeurs américains Kai Lenny et Kelly Slater. « Je suis clairement fan d’eux et je les croyais intouchables », savoure Valentin Delluc, qui vient d’offrir un sacré coup de projecteur à sa discipline.