Coronavirus : « On veut faire plaisir aux touristes »… Courchevel ouvre la première piste de ski alpin accessible à tous

MONTAGNE La station savoyarde vient d’ouvrir samedi une piste bleue de 2 km, que le grand public peut rejoindre directement en voiture

Jérémy Laugier

— 

Photo d'illustration de skieurs sur une piste de Courchevel, sur une saison précédant l'arrivée du Covid-19.
Photo d'illustration de skieurs sur une piste de Courchevel, sur une saison précédant l'arrivée du Covid-19. — Courchevel Tourisme
  • La fermeture des remontées mécaniques, pour toute la saison de ski, empêche a priori la pratique du ski alpin en France.
  • Mais outre le maintien des cours pour enfants dans la plupart des stations, la commune de Courchevel (Savoie) met à disposition de tous une piste bleue de 2 km.
  • Ouverte samedi, damée et sécurisée, celle-ci va permettre pendant toutes les vacances de février d’accueillir les mordus de glisse par la route.

La saison de ski alpin a officiellement débuté samedi matin à Courchevel. N’imaginez pas, dans un doux rêve, la réouverture du colossal domaine des 3 Vallées, avec ses 600 km de pistes. Privé de remontées mécaniques, le grand public devra se contenter d’un accès gratuit, par la route, à une piste bleue de 2 km. Jusqu’au dimanche 7 mars et la fin des vacances, cette piste de Bellecôte est damée et sécurisée. « Nous sommes les seuls en France à avoir ainsi ouvert une piste, et on espère que cette initiative aura un effet boule de neige dans les autres stations, indique Alexia Lainé, directrice marketing de Courchevel Tourisme. L’idée est d’éviter que les gens skient n’importe où, et on veut faire plaisir aux touristes. »

La météo difficile n’a pas aidé à l’engouement pour cette initiative samedi et dimanche, alors que Courchevel propose aussi cinq itinéraires de ski de randonnée et 90 km de domaine dédié au ski de fond. Mais quelques centaines de curieux ont profité de cette piste gratuite sous le soleil ce lundi. Contrairement par exemple à Val Thorens, la configuration de cette station a permis de réfléchir à cette solution de repli, afin que les mordus de glisse puissent atteindre en voiture l’Altiport. « C’est notre seule piste ouverte donc on la bichonne, sourit Alexia Lainé. Il n’y a pas le moindre risque d’avalanche car il n’y a aucune haute montagne autour. » Cette piste de Bellecôte se révèle également précieuse en vue des cours (maintenus) pour débutants au sein des écoles de ski, ainsi que pour les quatre restaurants des alentours proposant de la vente à emporter.

Une montée en raquettes plutôt qu’en voiture ?

« Cette ouverture ne peut que favoriser notre économie et donner une belle image de la montagne », estime Alexia Lainé. Y compris si des groupes s’amusent à remonter dix fois dans la journée le chemin de l’Altiport avec leur véhicule ? « Jusque-là, je vois surtout beaucoup de monde remonter la piste en raquettes avant de rechausser les skis une fois arrivés en haut, assure la directrice marketing de Courchevel Tourisme. Avec la fermeture des remontées mécaniques, nous sommes actuellement à 40 % de notre trafic routier habituel pour un mois de février. »

La commune, qui ne met pas de navette en place pour rejoindre l’Altiport, veille aussi à réduire les horaires de ses navettes en provenance du Praz « pour éviter que les vacanciers ne s’entassent dans ces bus ». Alors, conquis par ce rêve bleu versionCovid-19 ?