France-pays de Galles : « Il va falloir vite redescendre »… Comment les Bleus peuvent encore gagner le Tournoi face à l’Ecosse

RUGBY En arrachant la victoire contre les Gallois, les Français ont non seulement privé leurs adversaires du grand chelem mais ils se sont aussi donné une chance de remporter le Tournoi

Nicolas Camus
— 
Les Bleus ont battu le pays de Galles à la dernière minute lors du Tournoi des VI Nations, le 20 mars 2021.
Les Bleus ont battu le pays de Galles à la dernière minute lors du Tournoi des VI Nations, le 20 mars 2021. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP
  • Le XV de France a battu le pays de Galles lors de la 5e journée du Tournoi des VI Nations, samedi. 
  • Les Bleus étaient pourtant mal embarqués à l'entame des vingt dernières minutes, et malgré trois essais refusés, ils ont su aller chercher la victoire dans les arrêts de jeu.
  • Grâce à ce succès bonifié, ils se laissent une chance de remporter le Tournoi, mais il faudra faire fort contre l'Ecosse vendredi prochain. 

Au Stade de France,

On aurait - évidemment - préféré jouer ce mauvais tour aux Anglais, mais on se contentera fort bien d’avoir privé le pays de Galles d’un grand chelem dans les arrêts du jeu du dernier match du Tournoi. Surtout quand ce retournement de situation offre au XV de France une chance inespérée de remporter les VI Nations pour la première fois depuis 2010. Car avec ce quatrième essai de Brice Dulin synonyme de bonus offensif, les Bleus ont leur destin en main face à l’Ecosse, vendredi prochain.

Tout n’est pas simple et il va peut-être falloir sortir les calculettes, mais en résumé, une large victoire dans ce match de la troisième journée reporté pour cause de cluster inopiné offrirait le trophée à la France. Dans le détail, elle compte cinq points de retard sur son adversaire du soir. Il faut donc qu’elle l’emporte avec le bonus offensif, dans un premier temps. Mais la différence de points est actuellement favorable aux Gallois (+61 contre +41). Les Bleus doivent donc s’imposer avec au moins 21 points d’écart pour terminer premiers.

En cas d’égalité parfaite, on s’en remettrait alors au nombre d’essais inscrits. Là encore, les Gallois sont devant, 20 contre 15. Si après tout ça Français et Gallois sont encore à égalité, alors les deux nations se partageraient la victoire dans cette édition 2021. Un cas de figure qui ne s’est plus présenté depuis 1988.

Ne croyez pas, en tout cas, que c’est du tout cuit pour les Bleus. L’Ecosse réalise un Tournoi solide, avec une victoire contre l’Angleterre et deux très courtes défaites face au pays de Galles et à l’Irlande. Pour terminer, ce samedi, elle a collé huit essais et 52 points aux Italiens. « On a regardé leur match, l’Ecosse est une belle équipe, qui joue très bien, dit Gaël Fickou. On sait que ce sera compliqué, c’est un adversaire qui nous a posés des problèmes ces derniers temps. »

Joue-la comme en 2007

Si les Bleus l’ont emporté d’une courte tête à Murrayfield en novembre dernier lors de la Coupe d’Automne, les deux matchs précédents avaient en effet donné lieu à de belles bouillies. De manière générale, ce n’est vraiment pas un adversaire à qui la France met 20 points dans la vue tous les matins. L’Equipe a d’ailleurs sorti les archives. Depuis 1968, la France ne compte que quatre victoires avec l’écart qui lui permettrait de remporter le Tournoi, la dernière en 2007 (46-19).

« C’est un énorme challenge qui se présente à nous, sait Arthur Vincent. On va se préparer avec sérieux, application, concentration. Au moins, c’est simple dans le sens où on sait ce qu’on doit faire. » La difficulté pour les Bleus sera de gérer au mieux le temps de préparation réduit pour ce match. La folle victoire du soir a été dignement fêtée dans les vestiaires, mais de ce que l’on a compris, la troisième mi-temps devait être sobre à Marcoussis.

« Déjà, il faut gagner, et ensuite on verra »

« C’était une émotion énorme, partagée avec tout le monde, mais il va falloir vite redescende », prévient Anthony Jelonch. Présent au micro juste avec lui, le capitaine Charles Ollivon ne se faisait pas trop de soucis. « La bascule ne va pas être compliquée à faire, dit-il. On va savourer ce soir, parce que c’est important, mais c’est tout. On pense déjà à vendredi, d’ailleurs, et tout le monde va dans la même direction. »

Quant au match en lui-même et la recette à appliquer, il était encore un peu tôt samedi pour se projeter. Le menu des prochains jours s’annonce chargé. « L’exploit ne va pas arriver comme ça. Il va falloir bosser dur, repérer les failles des Ecossais et la manière de les exploiter », avance Jelonch. « Il faudra y aller par étapes, estime Fickou. Déjà, il faut gagner, et ensuite on verra ce qu’il se passera. » En tout cas, s’il faut aller chercher un essai ou deux à cinq minutes de la fin, on sait maintenant qu’on peut compter sur eux.