FC Nantes : « Nantes n’est pas Lourdes, un mal pour un bien… », la majorité des internautes ne croit pas au maintien

TEMOIGNAGES Les supporteurs expliquent les raisons qui les poussent à croire au maintien ou non des Canaris en Ligue 1

David Phelippeau
Castelletto, Lafont et Girotto lors du match nul (1-1) à Nîmes.
Castelletto, Lafont et Girotto lors du match nul (1-1) à Nîmes. — Sylvain THOMAS / AFP
  • Près de 300 supporteurs (ou non) ont répondu à l’appel à témoins lancé par 20 Minutes.
  • Ils racontent si oui ou non ils croient au maintien des Canaris, actuels 19es de L1 à dix journées de la fin du championnat.
  • Beaucoup en sont même à espérer une relégation pour que la direction actuelle parte de Nantes.

Du désarroi, de la tristesse, de l’espoir de jours meilleurs, de la nostalgie, de la colère, de l’indifférence, de l’humour, de l’ironie… Les sentiments s’entremêlent chez les supporteurs du FC Nantes quand 20 Minutes leur propose un appel à témoins sur le maintien ou non en Ligue 1 en fin de saison de leur club de cœur, 19e de Ligue 1 à dix journées de la fin. Y croyez-vous encore ou plus du tout ?

Sur quelque 300 contributions, une minorité a « envie d’y croire », comme Hélène, « même si ça fait un moment que ça nous pend au nez ». Daniel pense « que c’est lorsqu’on est au fond de la piscine qu’on remonte ». Comme lui, Yohan, arbitre au FCN, a foi en Antoine Kombouaré, qui a dû mettre « une grosse soufflante à ses joueurs » après l’ultime défaite (1-2) contre Reims. « On a un meneur d’hommes à la tête de l’équipe désormais », souffle Stan.

L’optimisme est même de rigueur du côté de Micka, surtout depuis l’arrivée du Kanak : « Potentiellement, cette équipe est bien supérieure à d’autres. Kombouaré est sur la bonne voie. » Nicolas s’accroche aux chiffres : « Tant que mathématiquement c’est encore possible, il faut y croire. » Johan s’accroche lui davantage « à la 18e place, synonyme de barrages ». « C’est le maximum que cette équipe puisse atteindre […] face à la dynamique du meilleur concurrent au maintien, Lorient. » Dominique, lui, prend le contrepied de beaucoup de contributions qui vont suivre : « Nantes va se maintenir. Stop au bashing du club et de la direction. »

« Des adversaires plus rodés à la lutte pour le maintien »

Un dernier témoignage qui tranche avec la résignation et le pessimisme de nombreux autres internautes. Franck et Louis ont du mal à croire au « miracle ». « Je ne vois pas comment on pourrait gagner cinq ou six matchs pour se maintenir alors qu’on en a gagné quatre depuis le début de la saison. » Toujours dans le même ordre d’idée, Michel P. estime que « Nantes n’est pas Lourdes, les miracles n’existent pas dans le football sans un minimum de talents et d’efforts. Le FCN n’a en ce moment ni l’un, ni l’autre. » Steven voit « Lorient, mieux armée, et Nîmes, meilleur mentalement ». « Des adversaires plus rodés à la lutte pour le maintien », selon Yann alors que le FCN est « fragile mentalement », pour Jean-Luc.

Estelle pointe du doigt « trop de lacunes techniques, des joueurs tout simplement pas au niveau comme Traoré qui enchaîne des prestations toutes plus catastrophiques les unes que les autres », et une absence de « révolte ». Yohann, « optimiste de nature », n’y croit « plus du tout ». « Je crois en l’envie de Kombouaré et sa capacité à impliquer cette équipe, mais je pense que c’est malheureusement déjà trop tard. »

« À moins de jouer les derniers matchs à Lourdes ! »

Mickaël propose de faire un peu de mathématiques : « Dix matchs restants. Seize points nécessaires pour atteindre les 40 points habituellement synonymes de maintien. Ce qui représente cinq victoires et un nul ou quatre victoires et quatre nuls. On a le droit à maximum quatre défaites sur les dix matchs restants alors qu’on va affronter Paris, Nice, Rennes, Lyon, Brest, Montpellier… Conclusion : Road to Ligue 2 BKT my friends ! » Greg chante, lui, du Lara Fabian : « J’y crois encoreeeeeeeeee ! Moi, perso, je n’y crois plus. À moins de jouer les derniers matchs à Lourdes. »

Benjamin et Alexis (« pourtant pas superstitieux ») ont l’impression de revenir en 2007… et la première relégation du club. « Les similitudes sont effrayantes : mercenaires, inefficacité, faiblesses techniques et organisationnelles », selon le premier. Bruno dézingue les joueurs qu’il décrit comme « des irresponsables pourvus de gros melons ». Pierre : « L’atmosphère autour du club est délétère, le groupe ne possède aucun leader et s’écroule à la moindre difficulté. » Aussi, selon Sylvain, « le FCN va regoûter aux soirées Ligue 2, c’est une certitude. »

« Une descente en L2 suffira pour que les Kita partent ! »

Ce qui n’est pas pour déplaire à pléthore d’aficionados. « Je souhaite la relégation en Ligue 2, indique Vincent. Cela nous débarrassera de Waldemar Kita ! Et je pense ne pas être le seul… » Maxime fait partie de cette frange de supporteurs remontée contre la direction actuelle. « Je veux la Ligue 2. Pour espérer une vente encore plus probable, pour sanctionner 14 ans d’incompétence, pour repartir sur un vrai projet sportif et humain. » Mathis, âgé seulement de 16 ans, qui dit n’avoir connu « que la Ligue 2 et le ventre mou de la Ligue 1 » et « ne plus supporter […] de voir ce que mon grand-père et mon père ont tant chéri et adulé couler », espère une descente pour voir le FCN « renaître ». Gérald, lui, fan depuis 1989, que « ses collègues laissent souffrir en silence », pense qu’il est « temps que la famille Kita reconnaisse l’échec et passe la main ».

« Une descente en L2 suffira pour que les Kita partent, si c’est le prix à payer, allons-y », lance Maxime. David : « Nantes en L2, c’est terriblement triste, mais un mal pour un bien. » Alain n’y va pas par quatre chemins non plus : « Je ne souhaite pas le maintien. C’est la seule solution pour se débarrasser d’un président qui a détruit une institution et le patrimoine nantais. » « Mais qu’a-t-on à perdre [en cas de relégation] ? Rien, puisqu’il ne reste rien de l’institution », conclut Steven.