Tournoi des VI Nations : Mais quand va-t-on bien pouvoir rejouer France-Ecosse ?

RUGBY Le comité d'organisation du Tournoi est face à un vrai casse-tête

N.C.

— 

Antoine Dupont avant le match Irlande-France comptant pour le Tournoi des VI Nations.
Antoine Dupont avant le match Irlande-France comptant pour le Tournoi des VI Nations. — Brian Lawless/AP/SIPA
  • Le match entre la France et l'Ecosse, prévu dimanche pour le compte de la 3e journée du Tournoi VI Nations, a été reporté à cause des cas de Covid détectés au sein du groupe France. 
  • Le Comité d'organisation va devoir trouver une nouvelle date pour jouer le match. 
  • Une décision loin d'être simple, tant les possibilités sont peu nombreuses, en tout cas si on ne veut léser personne. 

Un sacré casse-tête. D’ailleurs, si la date du report du match entre la France et l’Ecosse n’a pas encore été communiquée, c’est bien qu’elle n’est pas si simple à trouver. Le comité d’organisation du Tournoi des VI Nations, après avoir acté jeudi « à l’unanimité » la non-tenue de la rencontre en raison de la situation sanitaire compliquée dans laquelle s’est fourré le XV de France, planche encore sur ses options ce vendredi. Une seule chose est sûre, il n’y en a pas de parfaite.

La plus simple, sur le papier, serait de décaler la rencontre simplement d’une semaine, si on ne constate pas de nouveau cluster​ dans le groupe France d’ici là. Le Tournoi fait relâche, avant la 4e journée, les 13 et 14 mars. Mais l’Ecosse a rappelé jeudi, avec diplomatie mais fermement, qu’elle n’était pas d’accord. Du tout. « Nous voulons avoir tous nos joueurs éligibles à notre disposition pour la rencontre, afin que nous puissions jouer au même niveau que nous aurions eu ce week-end », a prévenu le sélectionneur Greg Townsend dans un communiqué.

L’exemple de France-Irlande en 2012

Le week-end prochain se dispute en effet une journée du championnat anglais, à laquelle doivent participer neuf joueurs écossais, comme le stipule un accord passé entre les clubs et la Fédération avant le début du Tournoi. Imaginez deux secondes comment le prendraient les Ecossais s’ils venaient se faire rosser à Paris avec leur équipe B face à un XV de France qui aurait récupéré quasiment tous ses joueurs, alors qu’ils n’ont rien à se reprocher dans cette histoire…

Attention, petite précision. Ce n’est pas parce que le choix de cette date viendrait à l’encontre du principe élémentaire d’équité sportive que le Comité des Six Nations l’écartera forcément. Quitte à forcer la Fédération écossaise à revenir sur son accord avec les clubs. On se souvient qu’en février 2012, après avoir décidé à la dernière minute du report de France-Irlande à cause d’un terrain gelé, l’organisateur avait unilatéralement choisi la date du 4 mars pour jouer cette rencontre. Et tant pis pour Toulouse et Clermont, notamment, qui avaient dû disputer le choc au sommet du Top 14 sans leurs wagons d’internationaux.

Aucune date en avril, mai, juin…

On imagine tout de même assez mal le Comité en décider ainsi, surtout que le week-end prochain ne fait pas partie des fenêtres internationales décrétées par World Rugby. Et ensuite ? Aucune date n’est disponible en mars, guère plus en avril-mai, réservés par l’European Professional Club Rugby pour les phases finales de Coupe d’Europe.

Juin alors ? Non ma bonne dame, tous les week-ends sont pris par les dernières journées puis les phases finales du Top 14 et de la Premiership. On arrive donc au mois de juillet. Pour le moment, les Bleus sont censés partir en tournée en Australie, où trois rencontres sont prévues les 3, 10 et 17. Sera-t-elle maintenue du fait de la pandémie ? « J’ai eu une réunion avec le nouveau président de la Fédération australienne de rugby, Hamish McLennan. Il m’a dit qu’on sera bien reçu, qu’il n’y avait pas de problème. Tout sera fait pour que cela ait lieu », disait encore Bernard Laporte la semaine dernière dans un entretien à Rugbyrama. Mais c’était avant le cluster de Marcoussis.

La défaite sur tapis vert pas prévue dans le règlement

Il resterait alors la possibilité de terminer le Tournoi à l’automne, comme cela a été le cas pour l’édition 2020. Une échéance que l’on imagine trop lointaine pour que l’idée séduise. En dernier recours, les Bleus peuvent-ils perdre la rencontre sur tapis vert ? Contrairement à l'Autumn Nations Cup, où le règlement de la compétition stipulait « que si une équipe est principalement responsable d’un match qui n’a pas eu lieu, une victoire 28-0 sera attribuée à l’adversaire qui aurait pu jouer le match », rien dans celui du Tournoi ne prévoit un tel cas de figure. La morale de tout ça : on souhaite bon courage au Comité d’organisation pour trouver une solution qui convienne à tout le monde.