Mondial de hand : Guillaume Gille juge le parcours des Bleus « très positif », malgré la lourde défaite pour le bronze

PAS DE MEDAILLE Le sélectionneur de l’équipe de France n’a pas semblé plus atteint que ça par une nouvelle défaite d’envergure dans le match pour la 3e place

J.L. avec AFP

— 

Les Bleus ne sont pas pas parvenus à remporter la médaille de bronze lors du mondial égyptien.
Les Bleus ne sont pas pas parvenus à remporter la médaille de bronze lors du mondial égyptien. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Une mauvaise impression finale qui ne doit pas gâcher les progrès d’ensemble ? Chacun interprétera le parcours de l’équipe de France comme il le souhaitera sur ce mondial égyptien, mais Guillaume Gille a clairement choisi le verre à moitié plein : « En tant que compétiteur, on ne peut jamais se satisfaire et se résoudre à voir un adversaire vainqueur d’une confrontation. Malgré tout, quand on voit ce qu’on a traversé contre les Hongrois, ce à quoi on a dû faire face en termes d’effectif, je trouve que le parcours est très positif. C’est ce que je veux retenir. On a montré une belle image du hand français ».

Bien meilleure, il est vrai, que celle à laquelle on s’attendait après un an de soucis sur et hors du terrain. Mais les deux grosses défaites encaissées coup sur coup en demi-finale face à la Suède (32-26) puis ce dimanche dans le match pour la médaille de bronze contre l’Espagne (35-29), rappellent à quel point cette équipe de France repose sur des équilibres fragiles.

« On rêvait tous d’une meilleure sortie mais une demi-finale, un match pour la 3e place, sont des révélateurs qui nous montrent nos limites actuelles et le chemin qu’il nous reste à parcourir. Par moments, c’était satisfaisant mais sur la durée d’un match, on n’a pas pu stabiliser notre niveau défensif à la hauteur où on l’espérait. » En résumé ? Les sensations sont encourageantes, mais les JO sont encore loin et le tournoi de qualification olympique prévu en avril s’annonce bien stressant, comme prévu.