Girondins de Bordeaux : L’incroyable Khadija Shaw est-elle la meilleure joueuse de la D1 ?

FOOTBALL FEMININ En très grande forme, la Jamaïcaine Khadija Shaw au parcours atypique compte bien encore porter les Bordelaises ce samedi face à Montpellier. Un duel entre deux clubs candidats à une qualification en Ligue des champions

Clément Carpentier

— 

Khadija Shaw, l'attaquante jamaïcaine des Girondins de Bordeaux.
Khadija Shaw, l'attaquante jamaïcaine des Girondins de Bordeaux. — Daniel Vaquero/SIPA
  • Depuis un an et demi, Khadija Shaw fait le bonheur des Girondins de Bordeaux et s’impose comme l’une des meilleures joueuses du championnat.
  • Obligée de s’exiler aux Etats-Unis à 18 ans pour poursuivre sa passion, la Jamaïcaine a également vécu de nombreux drames familiaux au cours de sa vie.
  • Brillante cette saison avec 13 buts en 10 matchs, elle attire les convoitises et pourrait vite quitter Bordeaux pour l’une des meilleures équipes d’Europe.

C’est la Kylian Mbappé du football féminin français ou plutôt la Zlatan Ibrahimovic de la Division 1 pour être totalement dans la comparaison. Comme le géant suédois, Khadija Shaw du haut de son mètre quatre-vingt-deux et de son imposante carrure « zlatane » ses adversaires depuis le début de la saison. Meilleure buteuse du championnat, elle en est à 13 buts en 10 matchs. « Des statistiques exceptionnelles », comme le souligne Aline Riera, la consultante de Canal+.

Oui car la talentueuse Jamaïcaine ne joue pas pour les machines à buts que sont l’OL et le PSG en D1 mais pour Bordeaux. Et si les Girondines occupent la troisième place de la hiérarchie depuis deux ans, elles sont loin d’enchaîner les cartons comme les Parisiennes ou Lyonnaises à chaque match. C’est dire la performance de Khadija Shaw. Auteure de 62 % des buts de son équipe cette saison (13 sur 21), elle va encore tenter d’augmenter ce chiffre ce samedi (15h15) contre Montpellier, un concurrent direct dans la course à la qualification pour la  Ligue des champions. La saison prochaine pour la première fois trois clubs français joueront en C1.

C’est l’Amérique…

Ce serait une étape de plus pour celle qui a déjà vécu plusieurs vies à 23 ans. Originaire de Spanish Town, l’attaquante bordelaise issue d’une fratrie de 13 enfants (sept garçons et six filles) a grandi dans un quartier pauvre de l’ancienne capitale jamaïcaine. Un quartier où petite elle passait la plupart de son temps à jouer au football avec l’un de ses frères. « Bunny », surnom que lui a donné ce dernier car elle adorait manger des carottes, est très vite repérée. Au point qu’à seulement 14 ans, Khadija Shaw est sélectionnée avec les moins de 15 ans mais aussi les moins de 17 ans et de 20 ans en l’espace d’un an.

Khadija Shaw sous le maillot de la Jamaïque.
Khadija Shaw sous le maillot de la Jamaïque. - FRANCK FIFE / AFP

Sa carrière connaît un premier grand tournant en 2015. Du jour au lendemain, la fédération jamaïcaine suspend son programme sur le foot féminin faute de résultats. C’est la douche froide, mais pas question pour autant de baisser les bras pour la jeune femme. Poussée par son nouveau sélectionneur, elle quitte la Jamaïque pour les Etats-Unis à 18 ans. Direction la Floride puis le Tennessee. « Les terrains sont de bien meilleure qualité là-bas, je n’avais jamais couru aussi vite auparavant », confiera-t-elle au Monde en 2018.

Elle joue pour ses frères

A cette époque-là, Khadija Shaw doit aussi faire avec les drames de la vie. Trois de ses frères sont tués sur fond de règlements de compte en Jamaïque, un autre décède dans un accident de voiture et deux de ses neveux perdent également la vie. « Je ne pouvais pas me concentrer à l’école, j’y pensais tout le temps. Je voulais rentrer à la maison, je ne voulais pas jouer au football », explique la joueuse au Guardian. Sa maman finira par la convaincre de poursuivre son rêve loin de la maison.

En effet, son rêve de petite fille de participer à une Coupe du monde ou aux Jeux olympiques n’est plus si loin à ce moment-là. Elle progresse de saison en saison dans le championnat universitaire puis semi-professionnel américain. Mais « Bunny » est surtout repérée par les Girondins lors de la campagne de qualification pour la Coupe du monde de 2019 où elle inscrit 19 buts en 11 matchs. Manchester City, le PSG ou encore la Juventus sont aussi sur les rangs mais Bordeaux finit par empocher la mise.

Toujours plus haut

Révélation de la saison dernière, Khadija Shaw confirme aujourd’hui tout son potentiel : « Elle a un profil rare comme Marie-Antoinette Katoto [joueuse du PSG et internationale française]. Elle est athlétique et très puissante avec une couverture de balle exceptionnelle mais elle est aussi capable de choses incroyables avec ses pieds car elle a une très bonne technique et va vite », analyse Aline Riera. C’est d’ailleurs « un enfer de défendre sur elle », même aux entraînements, avoue sa coéquipière Charlotte Bilbault,.

Khadija Shaw a inscrit 13 buts en 10 matchs de D1 cette saison.
Khadija Shaw a inscrit 13 buts en 10 matchs de D1 cette saison. - Daniel Vaquero/SIPA

Pour la consultante de la chaîne cryptée, elle continue de progresser car « avant elle faisait un peu tout toute seule alors que cette saison, elle a gagné en maturité, elle joue plus avec les autres et fait marquer [deux passes décisives]. » Cela en fait-elle la meilleure joueuse de la D1 ?

Elle fait partie des meilleures mais je pense qu’elle peut encore améliorer son jeu de tête, elle manque aussi un peu de caisse, elle a parfois du mal à finir les matchs car elle ne gère peut-être pas assez ses efforts. Pour moi, Katoto est encore un peu devant elle. »

Pour passer devant la Française, Khadija Shaw devra sûrement une nouvelle fois changer de vie. Aller voir plus haut. En fin de contrat en juin 2021, les Girondins risquent d’avoir beaucoup de mal à conserver leur brillante attaquante même en cas de qualification en Ligue des champions.