Equipe de France : Sakho tient sa revanche après avoir fait condamner l'Agence mondiale anti dopage

FOOTBALL L'ancien défenseur international réclamait 16 millions d'euros à l'AMA après avoir été accusé à tort de dopage

J.L.

— 

Mamadou Sakho, le 30 novembre 2019 avant Crystal Palace-Burnley.
Mamadou Sakho, le 30 novembre 2019 avant Crystal Palace-Burnley. — Conor Molloy/News Images/REX/SIPA

C’est une revanche tardive qui ne rendra pas à Mamadou Sakho une partie de la carrière internationale qui lui a été volée à tort. Mais justice a été faite. Selon le jugement rendu ce mercredi par la Haute Cour de la division du Queen's Bench à Londres et révélé par The Athletic, l’Agence mondiale anti dopage a reconnu ses torts auprès du défenseur de Crystal Palace, quatre ans après un contrôle positif finalement annulé.

Dans les urines du joueur, l’analyse avait détecté en mars 2016 la présence d’higénamine (un stimulant contenu dans des compléments alimentaires). Ce contrôle avait valu une suspension à Sakho, alors cadre indiscutable de DD et partant pour une place de titulaire à l’Euro en France. L’UEFA avait finalement levé la suspension le 28 mais car le produit n’était en fait pas interdit, mais le train était passé pour l’ancien capitaine du PSG, dont la place dans l’axe gauche des Bleus sera récupérée par Umtiti au cours de la compétition​.

« L’AMA regrette le préjudice »

« L’AMA reconnaît que M. Sakho n’a pas enfreint le règlement antidopage de l’UEFA, qu’il n’a pas triché, qu’il n’avait pas l’intention d’obtenir un quelconque avantage et qu’il a agi de bonne foi. L’AMA regrette le préjudice », peut-on lire dans un extrait du jugement qui reconnaît « les allégations diffamatoires portées à la réputation de M. Sakho et la détresse, la blessure et l’embarras qui lui ont été causés. »…

« Pour montrer la sincérité de ces excuses, l’AMA a convenu avec ses assureurs de verser à M. Sakho une somme substantielle de dommages et intérêts. L’AMA a également accepté de prendre en charge les frais raisonnables de M. Sakho ». Le joueur avait réclamé 14,5 millions d’euros à l’instance.