Attentat à Nice : Youcef Atal s’explique après avoir liké un post douteux sur Instagram

POLEMIQUE Le joueur de l’OGC Nice a aimé un post du champion russe de MMA Khabib Nurmagomedov réclamant « que le Tout-Puissant défigure cette ordure et tous ses disciples », celui-ci évoquant Emmanuel Macron

Fabien Binacchi

— 

Youcef Atal en août 2020 sous les couleurs de l'OGC Nice
Youcef Atal en août 2020 sous les couleurs de l'OGC Nice — VIRGINIE LEFOUR / Belga / AFP

« Je n’ai voulu blesser personne ». Sur Instagram, le joueur de l'OGC Nice Youcef Atal a dû présenter ses excuses après avoir liké le post polémique d’un champion russe de MMA, publié après l'attaque au couteau qui a fait trois morts jeudi dans la basilique de la capitale azuréenne.

« Je suis profondément touché par le dernier attentat de Nice. Je suis musulman et je suis contre le terrorisme », a écrit l’international algérien dans une story, précisant avoir « liké un post de Khabib » Nurmagomedov, car il est un « fan du sportif ».

« Youcef a été maladroit », dit Vieira

Au lendemain de l’attaque terroriste qui a à nouveau endeuillé la capitale azuréenne, le pratiquant d’arts martiaux avait pris position au sujet des caricatures du prophète Mahomet en France. Dans son post, il prend à partie Emmanuel Macron : « Que le Tout-Puissant défigure cette ordure et tous ses disciples qui au nom de la liberté d’expression insultent la foi de plus d’un milliard et demi de musulmans ».

« Son statut de joueur phare de l’OGC Nice » rend le like de Youcef Atal « encore plus choquant », a réagi Philippe Vardon, conseiller municipal et métropolitain RN. Samedi soir, il réclamait que le club dénonce « le contrat du joueur pour faute grave ». Selon l’élu, le sportif est « totalement disqualifié pour continuer à porter les couleurs de notre ville ».

Pour le coach de l’OGC, qui a réagi dimanche soir après le match Angers-Nice, « il n’y a même pas de polémique ». « Youcef a été maladroit. On le connaît très bien. Je suis derrière lui, le club est derrière lui », a expliqué Patrick Vieira.