Stade Toulousain - Lyon : Diminué et mal inspiré, Toulouse perd pour la première fois depuis deux ans à domicile

RUGBY Privé d’une quinzaine de joueurs, sélectionnés ou blessés, le Stade Toulousain s’est incliné face à Lyon, ce samedi en Top 14. Une première depuis septembre 2018

Nicolas Stival

— 

Iosefa Tekori et le Stade Toulousain ont chuté face à Lyon en Top 14 au stade Ernest-Wallon, le 24 octobre 2020.
Iosefa Tekori et le Stade Toulousain ont chuté face à Lyon en Top 14 au stade Ernest-Wallon, le 24 octobre 2020. — Frédéric Scheiber / AFP
  • Auteur d’une première mi-temps complètement ratée, le Stade Toulousain s’est réveillé trop tard samedi face à Lyon (7-16).
  • Obligé de composer sans une équipe entière, l’ex-leader du Top 14 n’avait plus perdu au stade Ernest-Wallon depuis la venue de Castres, le 29 septembre 2018.
  • La rentrée tonique de jeunes comme Idjellidaine, Meafou et Youyoutte est le point positif à retenir de cette journée difficile.

Au stade Ernest-Wallon,

La tâche était trop rude. Privé de huit Bleus et d’autant de blessés, tous potentiels titulaires, le Stade Toulousain est tombé face à un Lyon moins diminué, ce samedi à Ernest-Wallon (7-16). L’équipe d’Ugo Mola, leader du Top 14 avant ce week-end, n’avait plus perdu à domicile depuis le revers face à Castres, le 29 septembre 2018 (22-26).

« Le contexte, je suis désolé, mais ce n’est pas notre problème, a synthétisé Matthieu Bastareaud, l’ancien trois-quarts centre reconverti numéro 8 du LOU. Ils ont la chance ou la malchance d’avoir beaucoup de sélectionnés. Mais ils alignent quand même une belle équipe. » Si la conquête stadiste, en mêlée (surtout) comme en touche, a bien fonctionné, la ligne de trois-quarts de départ, incapable de passer la seconde, a fait pâle figure.

Pas facile il est vrai d’être privé de Ntamack, Ramos (XV de France), Huget, Médard, Tauzin et Kolbe (blessés)… Annoncé titulaire à l’arrière, la bombe sud-africaine a ainsi dû déclarer forfait « à cause d’un hématome depuis le dessous de l’aisselle jusqu’en bas de la cuisse » (!) ramené du succès à Brive, une semaine plus tôt (16-36), dixit le manager Ugo Mola. Pas un cadeau pour Tristan Tedder, tout juste rentré de prêt de Béziers en Pro D2 et qui a peiné au numéro 15.

DIx points encaissés en supériorité numérique

« Le match, on l’a perdu en première mi-temps, avec pas mal de ballons concédés dans les rucks, juge le centre Sofiane Guitoune. En deuxième mi-temps, les jeunes ont fait une super rentrée. » Difficile il est vrai de faire pire qu’un 0-10 (score à la pause) encaissé alors qu’on se trouve en supériorité numérique après le carton jaune reçu par le Lyonnais Guillard.

« Nos entrants ont été à la hauteur de l’événement », se félicite aussi Mola. Notamment le demi de mêlée Théo Idjellidaine, venu au relais d’Alexi Balès sorti KO (47e) et infiniment plus spontané et vif que l’ex-Rochelais, doublure officielle d’Antoine Dupont (lui aussi retenu en Bleu). Le manager englobe aussi le 2e ligne Meafou et le 3e ligne Youyoutte dans les rentrées satisfaisantes, qui ont failli permettre au Stade de récupérer le bonus défensif.

Au moins l’essai d’Idjellidaine, sur une pénalité vite jouée par lui-même (70e), a-t-il évité de plonger dans la poussière des archives pour trouver tracer d’une défaite à zéro point de Toulouse à domicile. « Cela me gêne de ne marquer que sept points, ce n’est pas trop dans nos habitudes », regrette toutefois Mola. « Il va falloir serrer les rangs, avec peut-être moins de flamboyance, pour faire un bon match à Paris. » Après ce revers face au LOU qui met un terme à une série de quatre victoires de rang, le Stade montera dimanche prochain dans la capitale pour se frotter au Stade Français.