Roxana Maracineanu souhaite « documenter » la radicalisation dans le sport

PREVENTION La ministre déléguée aux Sports entend s'emparer de cette question alors que l’assassin de Samuel Paty avait fréquenté un club de lutte pendant quelques mois à Toulouse

N.C. avec AFP

— 

La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu le 7 juillet 2020.
La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu le 7 juillet 2020. — Ludovic Marin / AFP

La ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, a affirmé mercredi aux députés qu’il était prévu de « documenter » le phénomène de radicalisation dans le sport à travers un volet « prévention » dans les clubs et associations sportives.

Interrogée en visioconférence par le député LREM François Cormier-Bouligeon, en marge de l’examen du budget sport devant la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée, et ce alors que l’assassin de Samuel Paty, vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, avait fréquenté un club de lutte « pendant quatre mois » à Toulouse, la ministre a expliqué : « Un des pans de notre plan de prévention, c’est de documenter cette question et voir comment le parcours sportif d’un individu peut mener à la radicalisation ou inversement ».

Un partage du fichier des fichés S ?

Elle avait récemment indiqué qu’il « n’y avait pas de données objectives pour pouvoir mesurer cette radicalisation » dans le sport en général même si des cas étaient rapportés. « Une avancée doit être faite là-dessus et aujourd’hui il y a des entités universitaires qui se proposent justement pour travailler sur ces sujets et nous en avons vraiment besoin pour documenter des affirmations comme celle-ci », a-t-elle dit mercredi.

Les noms des fichés S « ne sont que dans les mains du ministère de l’Intérieur. Ce que nous voulons faire avec eux, c’est voir comment pouvoir partager cette information plus avant au moment où nos agents vont contrôler les associations sportives », a-t-elle aussi expliqué.